Samedi 28 novembre 2020

Ouverture des nouveaux espaces de la Pinacothèque de Paris

Par Jean-Christophe Castelain · lejournaldesarts.fr

Le 26 janvier 2011 - 322 mots

PARIS [26.01.11] - La Pinacothèque de Paris a ouvert mardi 25 janvier ses nouveaux espaces d'exposition situés à quelques mètres de son siège, place de la Madeleine. Sous l’appellation de musée, alors que ce lieu privé ne possède pas de collections permanentes, les 3000 m² d'extension exposent pour leur ouverture, trois ensembles sans réelle logique.

Quatre ans après l'ouverture des 2000 m2 de la Place de la Madeleine, la Pinacothèque de Paris s'agrandit et offre dans un bâtiment situé de l'autre côté de la rue Vignon, 3000 m2 supplémentaires d'exposition. Pour son inauguration, elle présente deux collections quelque peu redondantes et un curieux accrochage constitué de prêts privés.

Les deux collections publiques viennent respectivement du musée de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg et du musée des Beaux-arts de Budapest. Présentées séparément, elles donnent pourtant à voir une sélection d'œuvres de qualité, des mêmes périodes (du XVIe au XVIIIe) et mêmes écoles (italiennes et nordiques). Pour l’occasion, ces deux musées se sont défaits temporairement de Titien, Rembrandt, Raphaël ou Cranach.

Au rez-de-chaussée, au sortir des espaces dévolus à la collection de l’Ermitage, le visiteur entre, sans réelle séparation, dans un dédale de salles destinées à la « collection du musée ». Il s’agit d’œuvres de toutes époques, prêtées sur une longue durée par des collectionneurs privés, et que la Pinacothèque a rassemblées par thème : paysage, nu, portrait. Si la confrontation des époques est un exercice pédagogiquement intéressant, « elle ne parle pas d’elle-même » comme l’affirme le denier panneau, encore faut-il que les œuvres s’y prêtent, ce qui n’est pas toujours le cas dans ce premier accrochage. Le primitivisme est ainsi illustré par un très académique nu de Bouguereau.

Les nouveaux espaces font écho à ceux de la place de la Madeleine : des lieux sombres sans éclairage naturel, de nombreux tableaux accrochés à mi-hauteur, une déambulation complexe. En revanche la vaste librairie boutique, ouverte sur la rue, bénéficie de la lumière du jour.

Légende photo

La Pinacothèque de Paris - © Pinacothèque de Paris

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque