Dimanche 15 décembre 2019

Street art

Éditorial

Street art et art contemporain

Par Jean-Christophe Castelain · Le Journal des Arts

Le 28 novembre 2019 - 382 mots

Identité. L’ambiguïté du rapport de l’art contemporain au street art ne manque pas de sel.

Le milieu des Frac et centres d’art regarde cette forme d’art avec un mouchoir sur le nez, mais s’interdit toute critique à son égard, du moins à haute voix. Autant il sait être féroce avec tout ce pan de la création d’aujourd’hui que l’on trouve dans le Salon des artistes français, le Salon des artistes indépendants ou les Salons de province, autant il ménage Swoon, C215, Blek le rat et Banksy.

La raison en est que c’est un mouvement né dans la rue, pratiqué dans un esprit rebelle et qui, en théorie, refuse le mercantilisme. D’une certaine façon, il récupère à son profit l’image de l’artiste bohème. Autant de valeurs romantiques qui protègent le street art.

L’autre raison est que c’est un mouvement très populaire dans la génération Facebook-Instagram des 15-35 ans qui apprécie sa simplicité, son aspect décoratif, son humour et ses dénonciations. Il est risqué de brocarder une esthétique dans laquelle toute cette jeune génération se retrouve.

Dans le fond, il faut reconnaître qu’il y a beaucoup de travaux sans intérêt dans le street art, particulièrement dans celui qui s’exprime sur une toile. N’est pas Basquiat qui veut, et le passage de la rue à la galerie, du mur au tableau, a réduit nombre d’œuvres au rang de simples illustrations. L’art urbain, le graff gagnent des acheteurs, mais perdent leur nom quand ils sont réalisés sur de petits formats et vendus dans des galeries-boutiques.

Quand des lieux référencés d’art contemporain, comme la Fondation Cartier et le Palais de Tokyo, exposent de l’art urbain (« Né dans la rue » en 2009 pour le premier et le Lasco Project pour le second), ils prennent bien soin de reconstituer un environnement urbain dans lequel les artistes peignent directement sur les murs.

Comme le montre bien notre dossier, la multiplicité des appellations brouille les différentes catégories de street art et ce sont les œuvres les plus banales qui tirent profit de cette confusion auprès des collectionneurs.

Pour que le street art soit reconnu comme de l’art contemporain et pas simplement de l’art d’aujourd’hui, il conviendrait que l’on commence par bien nommer ses différentes composantes afin d’expliquer au public ce qui est réellement novateur et ce qui relève de la déco.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°534 du 29 novembre 2019, avec le titre suivant : Street art et art contemporain

Tous les articles dans Opinion

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque