Mercredi 19 décembre 2018

Nouvelles technologies

Folie numérique

Par Fabien Simode · L'ŒIL

Le 16 février 2017 - 766 mots

FOLIE - Le 15 novembre 1889, un petit groupe d’intellectuels se fédère, à Paris, sous l’appellation « furieusement nouvelle » de Club de l’Art social. De quoi s’agit-il ? D’une « orientation », d’un « jalon solide », explique le cofondateur du Club et critique d’art Adolphe Tabarant, qui veut rompre avec les « je-m’en-foutistes qui, étant légion en littérature et en art, prêtaient à croire qu’ils étaient l’unanimité ». Le groupe s’oppose à ces « petits bouddhas qui assèchent des bocks dans les brasseries de Montparnasse, en rimant des sonnets à leur nombril ». Voilà qui est dit pour défendre, à la fin du XIXe siècle, un art à visée sociale contre les tenants de l’art pour l’art. Car le Club a l’intuition, noble, de mettre l’art à la portée de tous en le promouvant dans les milieux populaires. « À coup sûr, s’il n’échappe par à la grande loi “du milieu social source de toutes choses”, l’art rend à ce milieu social beaucoup plus qu’il ne lui prend […]. Lorsque les formules mathématiques de “l’équation du Beau” seront plus connues, il sera très simple d’établir qu’à telle ou telle manifestation artiste, correspond telle production dynamique sociale », poursuit Tabarant. Parmi ses sympathisants, le Club compte deux artistes de poids, à qui L’Œil rend ce mois-ci hommage, le peintre Camille Pissarro – l’impressionniste « anarchiste » – et le sculpteur Auguste Rodin, révolutionnaire lui aussi dans sa pratique. On se demande comment les deux compères auraient accueilli le projet pilote de Micro-Folie inauguré en janvier dans le quartier des Beaudottes à Sevran, en Seine-Saint-Denis, commune limitrophe d’Aulnay-sous-Bois, qui a fait l’actualité des dernières semaines. Inspirée des Folies de l’architecte Bernard Tschumi à La Villette, la Micro-Folie de Sevran-Beaudottes met à disposition des habitants un atelier avec des imprimantes 3D, des machines à coudre numériques, etc., afin de permettre au public de s’exprimer à travers la pratique artistique. La structure propose en outre un musée virtuel qui diffuse des œuvres numériques – pas encore de Pissarro et de Rodin, mais demain ? – conservées au Louvre, à Beaubourg, à Versailles, au Quai Branly, au Musée Picasso…, soit autant d’institutions géographiquement proches de Sevran et, pourtant, si éloignées des préoccupations de la population. « Quand nous parlons d’“Art social”, prévenait Tabarant, [nous ne disons pas] au poète : rime de la poésie sociale, au romancier : crée des romans sociaux […]. L’art ne se fait point sur mesure. Nous leur disons seulement : puisez aux sources de la vérité, abreuvez-vous de vie, cherchez l’avenir dans le peuple. » Un message, semble-t-il, toujours actuel.

NUMÉRIQUE - Alors, certes, le numérique encode les œuvres ; en les encodant, il les compresse et les ampute. Or, rien ne remplace le contact avec les créations du génie humain : la peinture de Vermeer, la sculpture de Rodin ou le dessin de Vinci sont irremplaçables, c’est vrai. Sauf que l’enjeu ne se situe plus là. Le clone virtuel du candidat Mélenchon n’était pas Jean-Luc Mélenchon, personne ne s’y est trompé. Le numérique ne se substitue pas à l’œuvre, il est un outil au même titre que le crayon, la sanguine ou le pastel, un outil de création et de médiation. « Comment faire en sorte, s’interrogeait le président Obama, que la technologie marche pour nous et non contre nous ? » L’expérience menée actuellement par la Fondation Gandur et l’École polytechnique fédérale de Lausanne offre un début de réponse en permettant aux visiteurs, grâce à des dispositifs numériques, d’« entrer » dans l’Outrenoir de Pierre Soulages et d’en comprendre scientifiquement le processus créatif et le fonctionnement. Fascinant. Le Centre national des arts plastiques, de son côté, a développé l’application CnapN pour créer sa propre exposition personnelle, application de surcroît réalisée par un artiste : Pierre Giner. C’est un fait : le numérique n’est pas l’ennemi de l’art et des artistes, mais un allié ! Ainsi, Studio Venezia, le pavillon français imaginé par Xavier Veilhan pour la prochaine Biennale de Venise, passera-t-il par ce média, qui non seulement conservera la trace des créations nées de la rencontre fortuite de musiciens dans le pavillon transformé en studio d’enregistrement, mais permettra aussi leur circulation. Parlant de la biologie, de la psychologie et de la sociologie nouvelles, Adolphe Tabarant prévenait déjà, en 1890, que « le peintre, le sculpteur, l’architecte, le musicien même, ne doivent dédaigner ces grandes sciences humaines et sociales. S’ils enrichissent leur acquis, soyez certains qu’inconsciemment leurs œuvres en porteront l’empreinte. » Il ne fait aucun doute que, en 2017, Tabarant aurait intégré les nanotechnologies, les biotechnologies et le numérique dans sa démonstration.

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°699 du 1 mars 2017, avec le titre suivant : Folie numérique

Tous les articles dans Opinion

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque