Samedi 5 décembre 2020

Livre

Littérature

Dans la roue d’Alechinsky

Par James Benoit · L'ŒIL

Le 12 février 2018 - 343 mots

Déroutant ouvrage d’art littéraire qui pourrait s’inscrire dans le droit fil de L’Amour fou d’André Breton, Roue libre de Pierre Alechinsky décrit sur le mode surréaliste une quête du surréalisme lui-même, sur les traces de son maître à penser et dans les rues de Paris.

Pas loin de cinquante années ont passé depuis sa première publication chez Skira en 1971, et la nouvelle édition parue chez Gallimard en reprend le texte intégral et la mise en page. Œuvre d’un peintre mais avant tout d’un créateur, l’objet-livre nous délivre ici le récit de sa création et laisse à l’esprit l’impression d’une immersion dans l’écrit en train de se composer, faisant fi de ses ratures, jamais des circonvolutions. Une narration-peinture dont l’espace temporel de l’écrit laisse apparaître la succession des coups de pinceau.

Récit, poésie, explorations, citations, juxtapositions de dessins, courriers, notes manuscrites, photographies, qui sont autant de l’auteur que du cercle de ses contemporains, parcheminent les pages et les marges dans l’évolution concentrique d’une libre pensée sur le thème de la roue. Et on n’en finit pas de revenir à la roue, de la réinventer jusqu’à ce qu’elle devienne elle-même l’image de l’Invention. Symbole historique du surréalisme, qu’on doit à la parabole originelle de son inventeur Guillaume Apollinaire et qui en a fait la définition : « Quand l’homme a voulu imiter la marche, il a créé la roue… » Symbole de toute création humaine qui vise à trouver la solution aux entraves du réel par l’opération d’une révolution de conscience et de point de vue – ce qu’on appellerait aujourd’hui un changement de paradigme.

La roue prend la forme ici de l’allégorie du mouvement artistique, du principe créatif même, non pas seulement parce qu’elle tourne mais parce qu’en tournant elle sublime artistiquement le mouvement. Si la roue est libre, pour qu’elle avance il faut qu’elle suive d’elle-même la pente sur laquelle elle est lancée. L’actuelle réédition de Roue libre nous soumet en retour la question de la création en notre époque : à peine un tour de roue plus tard, qu’avons-nous gagné en liberté ?

informations

Pierre Alechinsky, Roue libre,
Gallimard, collection Art et artistes, 192 p., 24,50 €.

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°709 du 1 février 2018, avec le titre suivant : Dans la roue d’Alechinsky

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque