Ventes publiques

Un buste de Colbert par Coysevox mis aux enchères

Par Marie Potard · lejournaldesarts.fr

Le 27 octobre 2015 - 646 mots

PARIS [27.10.15] – Lors d’une vente aux enchères collégiale inédite à Drouot le 12 novembre, la maison Leclere met en vente un Trésor national, le buste de Colbert par Coysevox provenant de la collection de Sixte-Henri de Bourbon-Parme. Il est estimé 3 millions d’euros.

Ce devrait être le point culminant de la vente collégiale organisée pour la première fois à l’Hôtel Drouot le 12 novembre prochain. Proposé aux enchères par la maison de ventes Leclere, récemment installée à Drouot en plus de son activité à Marseille, le buste de Colbert par Coysevox est le portrait le plus important de l’artiste encore en mains privées.

Le vendeur n’est autre que Sixte-Henri de Bourbon-Parme, descendant direct de Colbert par sa mère et de Louis XIV par son père. De par son importance historique et sa provenance prestigieuse, l’œuvre a été estimée aux alentours de 3 millions d’euros. « Nous vendons ce lot à Paris car c’est une œuvre très importante, qui doit bénéficier d’une visibilité maximum. Nous avons tissé depuis 10 ans des relations de confiance et de conseil avec le vendeur et il s’est naturellement tourné vers nous pour cette vente », commente Damien Leclere, commissaire-priseur.

La maison de ventes a en effet vendu pour le compte de l’illustre descendant en 2009 à Marseille, une série de quatre tableaux réalisés à la suite de l’ambassade de Hans Ludwig von Kuefstein à Constantinople en 1628-1629. Adjugée 1,7 million d’euros frais compris (est. 200 000 à 300 000 euros), la série a été acquise par le Musée d'art oriental du Qatar.

Ce buste de Jean-Baptiste Colbert (1619-1683) en marbre blanc de Carrare a été sculpté par Antoine Coysevox (1640-1720) en 1677 lorsqu’il se cherche encore un protecteur. Présentée à l’Académie, celle-ci, stupéfaite par le travail du sculpteur, offre l’œuvre à Colbert, alors au faîte de sa gloire, cumulant les plus hautes fonctions sous Louis XIV : devenu contrôleur général des finances en 1665, nommé secrétaire d’Etat à la Maison du Roi en 1668, il est également surintendant des Bâtiments et Manufactures depuis 1664, charge lui permettant d’avoir la main mise sur la politique culturelle du roi. En tout, Coysevox a réalisé 3 portraits sculptés de Colbert, mais celui-ci est le seul à avoir été exécuté du vivant du ministre. L’un est conservé au Musée du Louvre et l’autre en l’église Saint-Eustache de Paris. Quant à celui mis en vente, il ornait le Château de Sceaux, résidence de Colbert, puis le château de Lignières, propriété de Sixte-Henri de Bourbon-Parme. Il n’a donc jamais quitté la descendance du ministre. Depuis 2010 et grâce à un prêt de son actuel propriétaire, il était de retour à Sceaux dans sa demeure d’origine.

Le buste a fait l’objet d’une mesure de classement au titre des Monuments historiques en 1937. Trésor National, il ne peut donc sortir du territoire français, ce qui réduit considérablement le nombre d’acheteurs étrangers. « Les acheteurs internationaux ne pourront l’acquérir que s’ils peuvent la conserver en France, dans l’une de leurs résidences », explique Damien Leclere.

Un grand musée avait manifesté depuis plusieurs années son intérêt pour acheter le buste mais les négociations n’ont pas abouti. D’après nos sources, il s’agirait du Château de Versailles. Aussi, le propriétaire n’a pas eu d’autres choix pour le vendre que de le proposer aux enchères, les bénéfices de la vente devant servir à la restauration des toits du château de Lignières.

Aucune autre œuvre de Coysevox n’a été vendue aux enchères récemment, ni même en vente privée, si ce n’est le Portrait du cardinal de Polignac (1718), acquis vraisemblablement 1 million d’euros par Versailles en 2005. Les autres exemples concernent des sculptures comparables, de la même époque, telles Vestale, de Jean Houdon (1787), acquis 9,8 millions d’euros par le Louvre en 2005 et Portrait du marquis de la Tour du Pin (1736) par Bouchardon, préempté 3,7 millions d’euros par le Louvre en 2012.

Légende photo

Antoine Coysevox (1640-1720), Buste de Jean-Baptiste Colbert (1677), marbre blanc, 71 x 70 x 34 cm - Collection Sixte-Henri de Bourbon-Parme - Vente 12 novembre 2015 - Drout Paris - OVV Leclere

Thématiques

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque