Vendredi 19 octobre 2018

Christie’s

Sur un nuage surréaliste

Le Journal des Arts

Le 16 avril 2004 - 556 mots

Le magnat de la presse Daniel Filipacchi
se sépare de sa somptueuse bibliothèque.

 PARIS - Chaque fois qu’une vente aux enchères propose des livres surréalistes, le monde des collectionneurs, libraires anciens et marchands de gravures modernes est en état d’ébullition. Le grand patron de presse Daniel Filipacchi (ancien propriétaire de Paris-Match) propose ses exemplaires de rêve surréalistes accumulés en soixante-cinq ans de « chasse aux livres » (dixit le collectionneur) chez Christie’s le 29 avril à Paris, soit un an après la mémorable vente André Breton. Deux autres ventes, conditionnées au succès de la première, devraient suivre.
Un imposant catalogue, soigneusement préparé par le plus médiatique des libraires parisiens, Jean-Claude Vrain (lire p. 23), présente 205 lots, les uns plus spectaculaires que les autres, dans une fourchette de prix soutenus, de 300 à 350 000 euros. Les illustrateurs les plus recherchés, tels Max Ernst, Pablo Picasso, Joan Miró ou Salvador Dalí, rehaussent les pages poétiques autant que la valeur historique (et donc les prix) de cette remarquable bibliothèque, estimée à plus de 5 millions d’euros. La publication dadaïste Fiat Modes, Pereat Ars, première suite de huit lithographies originales de Max Ernst, publiée en 1918 et signée ultérieurement par l’artiste, protégée par une chemise-étui de Georges Leroux, est estimée entre 120 000 et 160 000 euros. Pablo Picasso est notamment présent en compagnie de Max Jacob, avec Saint Matorel, publié en 1911, signé par l’auteur et l’illustrateur, et estimé 100 000-150 000 euros. Quant à l’ouvrage À toute épreuve, texte de Paul Éluard illustré en couleur par Joan Miró (un des livres illustrés les plus recherchés), Daniel Filipacchi détient l’exemplaire même d’Éluard, augmenté d’une épreuve d’essai avec envoi autographe de Miró à Éluard, d’où l’estimation de 120 000-180 000 euros.
La bibliothèque est surtout constituée d’éditions originales, numérotées, sur papier luxueux, disposant d’un nombre considérable d’exemplaires « truffés » de lettres, dessins ou envois. À quoi s’ajoutent des reliures exécutées par les plus grands artisans tels que Paul Bonet, Rose Adler, Georges Leroux ou Daniel-Henri Mercher. Daniel Filipacchi, dans sa touchante postface du catalogue, écrit que « les reliures ne sont pas seulement faites pour décorer les livres mais aussi et surtout pour les protéger ». Le catalogue, qui s’inspire de la typographie de celui de la vente du 1er décembre 1995 chez Loudmer, où Daniel Filipacchi vendait entre autres ses « manuscrits de René Char enluminés par ses amis peintres », est d’ores et déjà un ouvrage de référence. Pourtant, pour l’expert Jean-Claude Vrain, la rédaction d’un catalogue de vente aux enchères est une première. Le vendeur Daniel Filipacchi a choisi Christie’s, par affinité élective avec François Pinault, et a imposé Jean-Claude Vrain, dont il fut un fidèle client ces dernières années, comme expert et porte-parole. Le fait de faire appel à un expert extérieur (plutôt qu’aux « spécialistes » maison) est inhabituel chez Christie’s. Mis à part pour la vente de la collection d’art tribal de René Gaffé, l’auctioneer n’a jamais travaillé avec des experts-marchands. Mais il faut bien quelques concessions pour obtenir une telle collection...

Le surréalisme et ses alentours. Livres, manuscrits et œuvres sur papier. Collection Daniel Filipacchi

Le 29 avril à 19 heures, Christie’s, 9 avenue Matignon, 75008 Paris, tél. 01 40 16 85 85. Expositions publiques : le 26 avril 10h-17h, les 27 et 28 avril 10h-18h et le 29 avril 10h-15h, www.christies.com

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°191 du 16 avril 2004, avec le titre suivant : Sur un nuage surréaliste

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque