Foire

Strasbourg

St-Art, un mélange des genres

Par Éléonore Thery · Le Journal des Arts

Le 10 décembre 2014 - 570 mots

Le public et les ventes étaient au rendez-vous de la foire d’art contemporain strasbourgeoise, à la qualité néanmoins très inégale.

STRASBOURG - « J’ai acheté ma première œuvre d’art à St-Art. Le plus difficile, finalement, est de commencer une collection. » Celui qui tient ces propos après la clôture de la foire d’art contemporain de Strasbourg n’est autre qu’Yves Iffrig, galeriste dans cette ville et directeur artistique de l’événement, se rappelant l’achat de sa première œuvre plusieurs années auparavant. C’est ce positionnement autour d’un événement accessible qu’a voulu adopter la foire. « Les records, les artistes spéculatifs, ce n’est pas pour notre public. Nous souhaitons mettre en avant des artistes à découvrir ou redécouvrir », précise Yves Iffrig. Pour cette 19e édition étaient présentes 95 galeries, en grande majorité françaises (plus de 60 %), mais aussi italiennes, allemandes, belges ou espagnoles. Quelque 26 000 visiteurs ont répondu à l’appel, un chiffre stable et comparable à celui communiqué par Art Up !, la foire d’art contemporain de Lille. « La foire est très bien placée géographiquement, il y a eu beaucoup de monde, surtout le week-end, provenant de la région mais aussi de Belgique ou d’Allemagne, relève le galeriste Jean Greset (Besançon). C’est un public qui connaît et apprécie l’art, venu pour acheter, pas simplement faire une promenade. »

Dans les allées, le meilleur côtoyait le médiocre. Et le noyau de galeristes qui tirait l’ensemble vers le haut s’est vu à nouveau réduit cette année avec le départ de Jean-Pierre Ritsch-Fisch (Strasbourg) ou Jean Brolly (Paris). La peinture était comme de coutume très présente (à remarquer, chez Chantal Bamberger, le solo show de Gérard Titus-Carmel). La Figuration libre ou narrative (François Boisrond chez Art to Be Gallery [Lille], Robert Combas à la galerie Saltiel [Aix-en-Provence]) avait la part belle et le street art a fleuri (voir le médiatique M. Chat chez Berthéas Les Tournesols [Saint-Étienne, Vichy]).

Succès des focus
Pour la première fois, la foire avait organisé des focus sur les stands d’une quinzaine de galeries, permettant de se plonger dans l’univers d’un artiste. « J’ai découvert des artistes grâce à ce dispositif, notamment Amar Briki chez Phylactère [à Brillac] », note Yves Iffrig. La collectionneuse Madeleine Millot-Durrenberger présentait une intéressante exposition mettant en regard photographies et chefs-d’œuvre de la peinture ou sculpture. Quant aux ventes, elles ne se sont pas mal portées. Plusieurs chimigrammes de Sylvi Simon (800 à 1 000 euros) et dessins de David Scher (1 000 à 5 000 euros) ont été vendus par Yves Iffrig qui montrait aussi les délicats dessins d’iris de Patrick Neu. Le stand de Pascal Gabert avait pour fil rouge le dessin, mêlant œuvres poétiques de la jeune Mongole Odonchimeg Davaadorj aux images fantaisistes de Jean Clerté. « Tous les artistes ont reçu un écho, quatre d’entre eux ont été vendus », indique le galeriste parisien. De son côté, Jean Greset, qui se partageait entre l’Art construit (Aurélie Nemours ou François Morellet) et l’art brut (Ted Gordon), fait état d’une « édition positive pour les ventes, avec des œuvres en dessous de 3 000 euros et près de 40 % du chiffre d’affaires réalisé la dernière heure ». La lyonnaise Geneviève Mathieu est enthousiaste. « J’ai fait une très bonne édition, j’ai vendu des pièces importantes de Georges Rousse et de Vladimir Skoda, aux côtés de quelques artistes moins chers. Les gens recherchent la sécurité et investissent sur des noms », constatait-elle.

St-Art 2014
Directeur : Philippe Meder
Directeur artistique : Yves Iffrig
Nombre d’exposants : 95
Nombre de visiteurs : 26 000
Prix du stand: 160 € le mètre carré

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°425 du 12 décembre 2014, avec le titre suivant : St-Art, un mélange des genres

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque