Justice - Ventes publiques

Sotheby’s et Christie’s sommés de remettre des documents liés à l’affaire Epstein

Par Alice Fiedler · lejournaldesarts.fr

Le 11 décembre 2020 - 468 mots

ILES VIERGES AMÉRICAINES / ÉTATS-UNIS

La justice enquête sur de possibles fraudes fiscales liées à des achats d’art par le criminel sexuel qui s’est suicidé. 

La procureure générale des îles Vierges américaines, qui a lancé une procédure sur une possible fraude fiscale de l’homme d’affaires et criminel sexuel défunt Jeffrey Epstein, a sollicité Christie’s et Sotheby’s.  

Les sommations judiciaires, publiés sur le site le 4 décembre, demandent aux maisons de ventes « tous les documents reflétant ou se rapportant aux communications avec ou sur Jeffrey Epstein, tout agent d’Epstein et/ou entité d’Epstein », ainsi que tous ceux « se rapportant à des demandes de vente ou d'offres d'achat d'œuvres d'art ou d'autres objets par l'une des personnes ou entités ».

Dans le cadre de l’enquête, une troisième sommation a été faite à l’entreprise Chicago Deferred Exchange Company. La sommation se réfère à un audit fiscal commandé entre juin 2015 et novembre 2016 auprès d’une entité nommée CDECRE ARTWORK EAT LLC. Il s’agit de transactions concernant deux aquarelles de Paul Cézanne et une peinture de Pablo Picasso, d’une valeur de 139 millions de dollars (115 M€).

Les Cézanne ont été achetés par Narrows Holdings, une entreprise utilisée par Leon Black, milliardaire et président du Conseil d’administration du MoMA pour acquérir des œuvres d'art, rapporte le New York Times. L'acheteur du Picasso est inconnu.

Leon Black a lui aussi été assigné en octobre par le tribunal des îles Vierges américaines. Selon le NYT, il aurait transféré au moins 50 millions de dollars (41 M€) à Jeffrey Epstein après 2018, soit après que ce dernier a été condamné à 13 mois de prison dans une affaire de mœurs. Epstein avait plaidé coupable et avait eu l’autorisation de sortir travailler à son bureau six jours sur sept.

Une partie de l’argent de Leon Black a été versée à une fondation d’Epstein et l’autre partie pour payer des « frais de consultations financières ». Une représentante de Leon Black déclare : « M. Black est consterné par le comportement qui a conduit aux accusations criminelles contre M. Epstein, et il regrette profondément toute implication avec lui. »

Jeffrey Epstein avait démarré sa carrière, en tant que professeur de mathématiques dans une école privé. Il est ensuite employé dans la banque Bear Sterns à Wall Street. Il quitte son poste et crée en 1988 sa propre société d’investissement, à travers laquelle il se construit un réseau de clients fortunés. 

Outre une maison en Floride, à New York, à Paris et un ranch au Mexique, Jeffrey Epstein était propriétaire d’une île aux îles Vierges américaines, sièges d’une grande partie de ses entreprises. Il s’était suicidé en août 2019, peu après avoir été inculpé pour la deuxième fois. Accusé de trafic sexuel et d’abus de filles mineures, il risquait à ce moment-là la prison à perpétuité. Selon le New York Times, le fonds d'indemnisation des victimes compte déjà plus de 100 demandes.
 

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque