Dimanche 22 septembre 2019

Saint-Ouen fait de la résistance

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 17 septembre 2010 - 119 mots

SAINT-OUEN - À l’occasion du 3e Mondial de l’Antiquité, qui s’est tenu du 5 au 8 octobre aux puces de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), les antiquaires et brocanteurs des marchés Paul-Bert et Serpette ont arboré des tee-shirts noirs ornés du slogan « Vos puces en danger ».

 Ils entendaient ainsi protester contre leur propriétaire depuis 2005, le duc de Westminster et sa société foncière Grovesnor, laquelle a imposé des hausses de loyer « atteignant entre 35 % et 70 % ». Déjà fragilisés par un euro fort et la défection concomitante des acheteurs américains, les marchands craignent d’assister à la disparition des enseignes les plus modestes et à la transformation de ces marchés historiques en « Louvre des Antiquaires bis ».

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°267 du 19 octobre 2007, avec le titre suivant : Saint-Ouen fait de la résistance

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque