Vendredi 20 septembre 2019

Galerie

Galeries

Petit lifting pour le guide gratuit des galeries d’art contemporain

Par Anne-Cécile Sanchez · Le Journal des Arts

Le 5 septembre 2019 - 513 mots

Changement de nom, conception graphique renouvelée, nouveau site Internet associé : « Paris Gallery Map » fait écho à la nouvelle dynamique parisienne.

Paris. Galeries mode d’emploi fait sa rentrée fait sa rentrée avec une nouvelle formule de sa publication Métropolitain Art Paris, rebaptisée « Paris Gallery Map ». Comme sa version précédente, ce guide papier gratuit permet en un coup d’œil de localiser sur une carte les enseignes adhérentes, au nombre de 76, et de connaître leur programmation. La nouveauté réside dans sa conception graphique et dans son format rectangulaire plus allongé qui se déploie en accordéon. Un index offre également désormais une entrée par noms d’artiste, en fonction de leur actualité dans les galeries d’art contemporain de la capitale, envisagée au-delà du périphérique. Le dépliant comporte en effet sa première adresse dans le Grand Paris : le centre culturel « Komunuma », qui réunit à Romainville (Seine-Saint-Denis) les galeries Air de Paris, Imane Farès, Sator, Jocelyn Wolff et In Situ-Fabienne Leclerc, et dont l’ouverture est prévue en octobre.

Les participations aux foires, quant à elles, ne sont plus mentionnées, afin de gagner en lisibilité. Une neutralité de traitement est par ailleurs la règle, chaque galerie disposant du même encart, quels que soient sa surface, son rayon d’action et sa localisation, des hauteurs de Belleville à l’avenue Matignon. En dehors des volets annonçant en exergue des événements artistiques et culturels – tels que, ce trimestre, la Fiac [Foire internationale d’art contemporain], la foire Paris Internationale et l’événement Un dimanche à la galerie –, « Paris Gallery Map » entend ne pas ouvrir ses pages à la publicité, afin d’éviter toute contamination par la mode et le luxe.

La cotisation annuelle est de 500 euros ; l’association vote chaque début d’année en assemblée générale l’admission éventuelle de nouvelles structures. Celles-ci doivent pour se présenter être parrainées par un adhérent, une forme de cooptation censée garantir la qualité éditoriale et qui vise à constituer cet outil de promotion en véritable label. Le document bénéficie par ailleurs du soutien officiel de la Fondation d’entreprise Ricard et de la Collection Pinault, deux partenaires historiques qui accompagnent son développement.

Le pari des réseaux sociaux

Car Paris Gallery Map se double à présent d’un site Internet et entend investir plus systématiquement les réseaux sociaux, en faisant le pari que les nouveaux usages draineront un nouveau public. Une stratégie qui prend place, explique Thomas Bernard, président de l’association – dont Joseph Allen et Antoine Levi sont les vice-présidents – dans un contexte de densification accrue de la scène parisienne, appelée selon lui à monter en puissance avec l’arrivée, sur fond de Brexit, de poids lourds du marché comme la galerie David Zwirner [qui ouvre le 16 octobre à Paris]. Mais aussi avec l’ouverture de lieux comme celui de la Bourse de commerce-Pinault Collection ou de la future « Fondation Emerige ». « Paris est en train de s’affirmer comme un “hub” renforcé, une plateforme majeure de l’art », se félicite le marchand. Diffusé dans toutes les galeries adhérentes et par quelques hôtels et restaurants, Paris Gallery Map paraîtra quatre fois par an à raison de 20 000 exemplaires environ par tirage.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°528 du 6 septembre 2019, avec le titre suivant : Petit lifting pour le guide gratuit des galeries d’art contemporain

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque