Vendredi 19 octobre 2018

L'essentiel de la quinzaine : La galerie Phoenix Ancient Artpoursuit le Getty, Sotheby’s saisit la justice, Séparation d’Auctionata et de Paddle8

Par Nathalie Eggs · Le Journal des Arts

Le 31 janvier 2017 - 391 mots

La galerie Phoenix Ancient Art poursuit le Getty
NEW YORK -
La galerie Phoenix Ancient Art a intenté le 12 janvier un procès devant les tribunaux new-yorkais contre le J. Paul Getty Trust, le J. Paul Getty Museum, Timothy Potts (le directeur du musée depuis 2012) et deux autres personnalités. La galerie d’antiquités suisse réclame 77 millions de dollars pour violation d’un contrat relatif à la collection italienne Torlonia. Elle accuse le Getty d’avoir interféré dans la cession de la collection au gouvernement italien, les privant des bénéfices de leur travail et des droits qui leur étaient dus dans le cadre de l’exécution d’un accord présumé signé.

Sotheby’s saisit la justice dans l’affaire d’un faux
NEW YORK -
Des doutes planaient déjà sur le Saint Jérôme appartenant au « cercle du Parmigianino », vendu par Sotheby’s pour 842 500 dollars en 2012 (voir Le Journal des Arts, n° 468, 25 novembre 2016). Après avoir fait l’objet d’une analyse scientifique par la société Orion Analytical, dont elle a récemment fait l’acquisition, Sotheby’s a reconnu que cette toile, passée entre les mains du Français expatrié en Italie Giuliano Ruffini, était une contrefaçon récente. La maison de ventes a remboursé l’acheteur et a assigné en justice le 14 janvier le vendeur, Lionel de Saint Donat-Pourrières. Sotheby’s avait déjà remboursé, il y a quelques mois, à l’acheteur d’un faux Portrait d’homme de Frans Hals la somme qu’il avait déboursée (8,5 millions de livres) pour acquérir en 2011 ce tableau provenant également de la filière Ruffini.

Séparation d’Auctionata et de Paddle8
BERLIN -
Auctionata Paddle8 AG, né du rapprochement d’Auctionata et de Paddle8 en mai 2016, rencontre (lire JdA n° 471)  des difficultés financières et a saisi la justice allemande le 16 janvier pour demander l’ouverture d’une procédure de sauvegarde. Auctionata a manifesté sa volonté de poursuivre ses activités, mais dans « une structure amaigrie », tandis que les deux autres filiales, Paddle8 et ValueMyStuff (rachetée en 2015 par Auctionata), sont en négociations avancées avec un investisseur new-yorkais qui rachèterait l’intégralité de leurs actions. Thomas Hesse, qui a pris la présidence du groupe en septembre dernier, a expliqué : « La procédure [de sauvegarde] et la séparation permettront à chaque marque [Auctionata et Paddle8] et sociétés de réaliser leur potentiel. Il s’agit de la meilleure voie à suivre pour protéger nos actifs et nos employés ».

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°472 du 3 février 2017, avec le titre suivant : L'essentiel de la quinzaine : La galerie Phoenix Ancient Artpoursuit le Getty, Sotheby’s saisit la justice, Séparation d’Auctionata et de Paddle8

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque