Mercredi 19 décembre 2018

Les tendances du design au salon Maison & Objet

Par Armelle Malvoisin · L'ŒIL

Le 1 janvier 2005 - 761 mots

« Maison & Objet », un salon bi-annuel tentaculaire consacré à la décoration couvrant la totalité des sept halls du parc des expositions de Villepinte (3 000 exposants sur 35 000 m2), fête ses dix ans cette année. « Now! Design à vivre », un salon à part entière au sein de « Maison & Objet », a été pour
sa part créé en 2000 sur le pari que le design aurait de l’avenir. Considéré comme de très bon niveau international, ce secteur du design concentré dans le hall 5B accueille près de cent quarante exposants. Et si 65 000 professionnels du marché du design contemporain sont attendus à Villepinte, « Now! Design à vivre » attire chaque année de nombreux particuliers poussés par la curiosité
de découvrir en avant-première les dernières tendances du design, et ce malgré un ticket d’entrée élevé de 50 euros, un acte délibéré de la part des organisateurs pour limiter la venue du grand public.
Quelles sont donc cette année les tendances du design ? La collection Talent Italia, présentée pour la deuxième fois par son distributeur mondial, la société suisse Nosi, est une réalisation de l’architecte Maurizio Macciocchi du Studio Transit à Rome, pionnier de la création de meubles contemporains dans l’Italie du Sud. Bibliothèques, étagères murales à miroirs, tables, fauteuils, chandeliers aux lignes simples, fabriqués artisanalement en petites séries, peuvent être considérés comme pièces uniques car aucune n’est identique par leurs dimensions, leurs couleurs et le travail sur la surface. L’éditeur français Artelano, qui collabore avec les meilleurs designers du moment, montre toute une série de meubles en prototype qui seront plébiscités ou pas par le marché : la nouvelle bibliothèque de Piero Lissoni, un canapé de Christophe Pillet, un guéridon de Marco Zanuso Jr., un canapé et une table basse signés Olivier Gagnère et une série de tables de la jeune designer espagnole Patricia Urquiola qui a déjà fait sensation avec ses tables à incrustations de dessins en septembre 2004. Derrière le nom Zygote, Aude Fabry offre son regard d’architecte sur le design : meubles, objets, tapis de la conception à la distribution. Son étagère Zoé en forme de deux S superposés est un grand classique depuis cinq ans.
Elle s’attachera à montrer des créations « aux différentes fonctions qui permettent de faire du rangement » comme un meuble-vase, une table basse à gouttière qui existe aussi en version table-bistrot ou encore un meuble de rangement qui fait porte-revues et table de chevet tout en jouant avec l’idée de transversalité. Car « de plus en plus d’hôtels veulent ressembler à des maisons et vice versa ». AdSeat revient avec un concept breveté de mobilier modulaire : un fauteuil en polypropylène personnalisable, démontable et transformable à volonté en canapé (à partir de deux fauteuils), en table basse ou en comptoir. Le truc de Christine Goumot, c’est le métal, zinc, acier, inox et aluminium et les formes modernes et épurées. Après avoir fait sensation avec une chaise longue à sommier en maille inox et matelas de graines, elle s’attaque au polymiroir (inox poli) sous la forme d’un paravent, d’une console ou d’une table basse. Sous le nom de guerre Tribù, un designer belge dessine et fabrique du mobilier de jardin et véranda avec pour philosophie de « combiner fonctionnalité avec dessins contemporains ». Côté luminaires, il y en a pour tous les goûts. Chez Original BTC, le designer anglais Peter Bowles a toujours du succès avec ses lampes classiques aux éclairages « relaxants, à la lumière douce et chaleureuse et qui restent de beaux objets une fois éteints ». La lampe Archizip Light de Jacques Rival a quant à elle des allures d’objet pop art : c’est un caisson lumineux en Plexiglas avec deux façades amovibles (dont une rose, bleue ou vert fluo au choix) permettant d’adapter divers visuels (image personnelle, montage graphique, photo…) donc personnalisable. « Il est conçu comme un objet, mais ne trouve sa pleine existence qu’à travers son utilisation, sa personnalisation (table de nuit, pouf lumineux, éclairage décoratif, objet de scénographie…) », explique son designer qui souhaiterait éditer quelques séries spéciales en collaboration avec des artistes. Avec son luminaire modulaire qui a obtenu le prix best of the Now! en septembre 2003, la toute jeune société Remake Design a pensé à « un geste simple de la maison, à la fois ludique et qui permet des changements structurels », souligne Elisabeth Hertzfeld, l’un des deux fondateurs de Remake. Comme un grand Lego, la Remake Light se présente sous la forme de briques de lumière à assembler comme on veut avec des branchements bidirectionnels horizontaux ou verticaux en basse tension pour une manipulation très aisée.

« Maison & Objet – Now! Design à vivre », VILLEPINTE (93), parc des expositions de Paris-Nord, www.maison-objet.com, 28 janvier-1er février.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°565 du 1 janvier 2005, avec le titre suivant : Les tendances du design au salon Maison & Objet

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque