Foire

Les galeries françaises satisfaites des débuts d’Art Basel

Par Alexia Lanta Maestrati · lejournaldesarts.fr

Le 13 juin 2019 - 452 mots

BÂLE / SUISSE

La plupart des 21 galeries françaises ont déjà réalisé plusieurs ventes dès les premières heures de la foire. 

Le stand de la galerie Art : Concept à Art Basel, le 9 juin 2019 - Copyright photo Art : Concept
Le stand de la galerie Art : Concept à Art Basel, le 9 juin 2019
© Photo Art : Concept

La plus prestigieuse foire d’art contemporain a ouvert -sous la pluie- les portes de sa 50e édition aux professionnels et aux VIP mardi 11 juin. Du monde il y en avait et les stands des grandes galeries internationales étaient difficiles d'accès. Il faut dire que, comme chaque année, Art Basel rassemble la crème de la crème des galeries, avec 290 enseignes venues de 34 pays. Parmi elles 21 enseignes françaises ont fait le déplacement.  

Les deux premiers jours ce « sont là où les millionnaires viennent » explique Alexander Bertling, directeur de la galerie Balice Hertling. Pour sa 5e participation, la galerie organise une exposition monographique, dans le secteur Statements (consacré aux jeunes talents), de l’artiste chinoise installée à Paris, Xinyi Cheng. Non seulement tout était vendu à 17h dès le mardi, mais la jeune chinoise a également remporté le Baloise Art Prize, qui lui fait bénéficier d’un chèque de 30 000 francs suisses (27 000 €) et d’une exposition dans le musée d’art contemporain de Berlin. 

« Lorsque la Biennale de Venise et Art Basel se chevauchent ce sont les meilleures années » souligne Didier Barroso, directeur des ventes de la galerie Art : Concept. L’enseigne a cédé des dessins du français Corentin Grossman (40 ans) à des collectionneurs « importants de Hong Kong, que nous n’avions jamais rencontrés ». Si certaines grandes enseignes internationales, ont réalisé des ventes dépassant le million d’euros, il ne faut pas oublier « les autres collectionneurs qui viennent les jours d’après. Ce sont eux aussi qui permettent le bon fonctionnement de la foire, et des galeries de taille plus modeste » rappelle Didier Barroso. 

Depuis 2016, la galerie Templon a changé de stratégie, « nous souhaitons inscrire la galerie dans une certaine continuité historique. Pour appréhender la création contemporaine, il faut comprendre l’histoire, et donc ne pas hésiter à remonter 40 ou 50 ans en arrière. A Bâle nous pouvons nous le permettre, car le public est averti et demandeur », explique Anne-Claudie Coric, sa directrice. Cette année, hormis une oeuvre de Jitish Kallat (qui représente l’Inde à la Biennale de Venise) et de Chiharu Shiota, le stand montre les travaux d'artistes historiques à l’instar d’une grande toile de Robert Motherwell de 1974 ou d’une de Simon Hantaï de 1965. 

Idem chez Lelong, qui proposait les classiques de sa galerie (Kounellis, Dubuffet, Tapies). La galerie a vendu 30 minutes après l’ouverture de la foire un grand format de Pierre Alechinsky de 1970, qui n’avait jamais été mis sur le marché. Chez Perrotin, 6 toiles du français Georges Mathieu avaient déjà trouvé preneur à 18h.  
 

Thématiques

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque