Rouen

La sculpture dans tous ses états

Par Françoise Chaloin · Le Journal des Arts

Le 31 octobre 2011 - 698 mots

La Mam Galerie expose hors les murs quatre séries d’œuvres de Jean-Michel Sanejouand autour de la sculpture.

ROUEN - Quand elle a su qu’elle disposait pour quelques mois de l’ancienne école Pouchet et de ses 200 m2 d’exposition au cœur de Rouen (Seine-Maritime), Marie-Andrée Malleville a aussitôt pensé à Jean-Michel Sanejouand. Devant l’enthousiasme et l’énergie déployée par la galeriste, qui a ouvert son espace rouennais il y a trois ans, l’artiste n’a pas hésité. Il y présente quatre ensembles d’œuvres issues d’autant de séries s’étendant de 1989 à nos jours.

Dans une première salle, une succession de vitrines abrite à hauteur d’œil des pierres collectées depuis toujours, peintes en noir et assemblées, dont les titres révèlent toute l’incongruité et l’humour : Le Petit Malin, Coup de langue… De petite taille, ces Sculptures, proposées 50 000 euros, incluent dans leur prix la possibilité d’être reproduites à grande échelle (jusqu’à 5 m de haut), tels des mégalithes contemporains. Rappelons que la Ville de Rennes a installé en 2005 Le Magicien (1996), un bronze de 5 mètres, sur la place de la Gare.

Sculptures fantomatiques
De ces pierres, Sanejouand a repris, pour sa série Sculptures-peintures (1996-2001), l’aspect concrétion qu’il a traduit sur la toile dans un trait rugueux et aux couleurs passablement criardes. Les formes, quoique minérales, flottent étrangement sur un fond blanc. La période qui suivra verra émerger ses Espaces-critiques, dans lesquels ces Sculptures peupleront sous une forme grisée, édulcorée – à l’instar de fantômes –, des paysages incertains. Quelques traits colorés sur un fond toujours blanc suffiront à représenter un espace, des circulations et des relations entre des motifs ni tout à fait de l’ordre du signe, ni foncièrement descriptifs.

De là le visiteur débouche sur les derniers travaux, une série intitulée Espaces & Cie et débutée en 2009 : de splendides petits dessins à l’acrylique évoquant des paysages semblent ici tracés d’un seul geste, dans un état de concentration intense. Une ligne ou deux, large coup de brosse ou dessin minutieux, y délimitent un espace souvent vallonné ponctué çà et là d’une pierre, d’un rocher, d’un arbre… L’artiste a choisi d’éclairer de l’intérieur chacun de ces dessins, dont le cadre dissimule un système d’éclairage à LED, que l’on peut allumer ou éteindre à souhait. Il n’est pas sûr que ce dispositif de présentation ajoute à la compréhension de l’œuvre, dont l’économie de moyens initiale s’accorde avec l’évidence de son principe comme de sa réception. Marie-Andrée Malleville en a ainsi cédé une dizaine en mars sur le salon « Drawing Now » à Paris, moyennant 5 000 euros pièce. À la vision de ces dernières œuvres sur papier, très épurées, il est manifeste que Sanejouand, qui s’est fait connaître dès le début des années 1960 par ses Charges-objets – des confrontations entre éléments du tableau (châssis, toile), outils de quincaillerie et objets ménagers –,  s’est aujourd’hui affranchi de tout point de vue discursif sur l’art. Ces Charges-objets n’en retrouvent pas moins périodiquement une actualité : un ensemble a encore été exposé en 2010 chez Haim Chanin Fine Arts (New York), dans le cadre du salon Art Paris.

Peu montré à l’étranger après les années 1970, au cours desquelles il fut invité pour des expositions personnelles en Belgique (Palais des beaux-arts de Bruxelles en 1973), Sanejouand bénéficie depuis le début de son activité d’une reconnaissance qui n’a pas failli en France. Après la rétrospective du Centre Pompidou à Paris en 1995, et son exposition au Plateau – Frac Île-de-France(Paris) en 2005, une « Année Jean-Michel Sanejouand en Pays de la Loire » est programmée en 2012 par le Frac (Fonds régional d’art contemporain) de cette région sur deux lieux, à Carquefou et au Hangar à bananes à Nantes, ainsi qu’à Château-Gonthier et au Musée de l'Abbaye Sainte-Croix des Sables d'Olonne. Elle permettra de déployer largement cet œuvre aux multiples points de passage entre peinture et sculpture.

JEAN-MICHEL SANEJOUAND, LA SCULPTURE ET AUTOUR

Jusqu’au 8 janvier 2012, Mam Galerie (hors les murs) : ancienne école Pouchet, 16, rue Thouret, 76000 Rouen, tél. 06 14 42 16 04, www.mamgalerie.com, jeudi, vendredi et samedi 14h-19h, dimanche 10h-13h et sur R.-V.

Nombre d’œuvres : 44
Gamme de prix : de 5 000 à 50 000 €

Légende des photos

Vue de la salle des sculptures (1989-2011) de Jean-Michel Sanejouand dans l'ancienne Ecole Pouchet - © photo Ludosane 

Jean-Michel Sanejouand, Sans Titre (2009), série Espaces & Cie, acrylique sur papier, 30 x 45 cm - © photo L.S.


En savoir plus sur Jean-Michel Sanejouand

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°356 du 4 novembre 2011, avec le titre suivant : La sculpture dans tous ses états

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque