Dimanche 24 octobre 2021

Galerie

La galerie Capazza, une affaire de famille 

Laura et Denis Capazza-Durand : « Tous nos artistes sont des artistes majeurs »

Par Fabien Simode · L'ŒIL

Le 24 août 2021 - 911 mots

NANÇAY

Laura et Denis Capazza-Durand ont repris le flambeau de la Galerie Capazza, fondée en 1975 par leurs parents et installée en Sologne depuis 1981, dans un monument historique, « au milieu des bois ».

Laura et Denis Capazza-Durand © Galerie Capazza-Durand
Laura et Denis Capazza-Durand.
© Galerie Capazza-Durand

Vos parents, Sophie et Gérard Capazza, et vous-même aujourd’hui avez fait le pari de faire vivre une galerie à Nançay. À quoi tient le succès de la Galerie Capazza ?
La galerie s’est dès le départ construite sur les relations humaines : relations avec les artistes, avec les collectionneurs comme avec les visiteurs. Le succès de la galerie repose sur ce triangle composé des artistes, des médiateurs de l’œuvre (nous) et des récepteurs (les collectionneurs et le public). La Galerie Capazza est tout le contraire d’un lieu élitiste : nous avons toujours souhaité ouvrir nos portes au plus grand nombre, y compris à ceux qui disent que l’art contemporain n’est pas fait pour eux. Tous les visiteurs, même les plus réfractaires, peuvent ressortir de chez nous en ayant été touchés par un, deux, voire plusieurs artistes, parmi les 90 que nous représentons de manière permanente. Notre métier, c’est aussi d’amener les gens à dépasser leurs préjugés, comme de ne pas s’arrêter à l’accueil négatif qu’ils ont parfois, hélas, connu ailleurs…

Quelle est la ligne de la galerie ? 
Les artistes qui pensent une œuvre, mais la font réaliser par d’autres, perdent, selon nous, la dimension fondamentale de l’œuvre, la part d’imprévu de la création. Ce qui surgit au moment où la main rencontre la matière est, pour nous, primordial. Et c’est peut-être de ce geste, qui n’était pas nécessairement pensé ou prévu, que surgit l’émotion. À la galerie, nous tenons à cette dimension sensible du geste sincère avec la matière.

Quelle est la bonne formule pour amener les visiteurs 
à l’art contemporain ?

Pour commencer, toute l’équipe est là à disposition des visiteurs. Mais cela passe aussi par la scénographie, comme par le choix des artistes et des œuvres. Pour beaucoup de néophytes, l’art contemporain se rattache au courant de l’art conceptuel. À la Galerie Capazza, nous montrons que l’art contemporain passe aussi par d’autres formes d’expressions ; la peinture et la sculpture restent très actuelles, comme les arts du feu, la photographie, l’orfèvrerie, etc. Cela n’est pas toujours évident pour tout le monde.

Qui sont vos visiteurs ?
Aussi bien des néophytes que des collectionneurs qui sont prêts à faire des centaines, parfois des milliers, de kilomètres pour venir voir une exposition ou une œuvre. Il n’y a pas un profil type de visiteur, sauf l’intérêt commun que nous portons tous aux artistes et à leurs œuvres. Parfois, des visiteurs peuvent venir pour le lieu [la galerie est installée dans le grand corps de logis des écuyers rattaché au château de Nançay, monument historique qui a pu inspirer Le Grand Meaulnes d’Alain Fournier, ndlr]. Mais, le château de Nançay ne se visitant pas, c’est très rare.

Vue aérienne de la galerie Capazza. © Denis Durand / Galerie Capazza.
Vue aérienne de la galerie Capazza.
© Denis Durand / Galerie Capazza

L’entrée de la galerie est payante : de 4 à 6 €. Pourquoi ?
Cela peut surprendre le public habituel des galeries, mais c’est, étonnamment, presque un outil de démocratisation de l’art. Nous nous sommes aperçus qu’une partie du public n’osait pas franchir la porte d’une galerie, ce lieu pouvant s’avérer intimidant. Or, payer un droit d’entrée pour venir découvrir les expositions et le lieu permet de s’autoriser à franchir les portes de la galerie, sans être nécessairement au départ acquéreur. Bien sûr, ce ne sont pas les entrées qui nous permettent de vivre, mais la vente des œuvres.

Comment faites-vous pour choisir vos artistes ?
C’est un vaste sujet : il y a une vraie diversité chez nos artistes, dans leurs parcours, leur génération, comme dans leurs pratiques. Si nous défendons des artistes « expressionnistes », certains possèdent aussi des univers plus construits. Tous les artistes que nous défendons sont, pour des raisons différentes, des artistes pour nous majeurs. Finalement, c’est le regard que nous portons sur les artistes qui est le fil conducteur de la galerie. Chaque année, nous recevons plus d’un millier de dossiers. Quand nous retenons un artiste, c’est que nous avons donc été bouleversés par son travail. La fidélité est fondamentale pour nous. Les artistes à qui mes parents, qui ont fondé la galerie, ont dit oui il y a plus de quarante ans [la galerie a été fondée en 1975] sont toujours avec nous aujourd’hui.

Quels sont les artistes majeurs de la galerie ?
Georges Jeanclos, exposé l’an passé en dialogue avec Rodin, est évidemment un artiste majeur. Nous présenterons d’ailleurs un solo show de son travail à Art Paris, en septembre. Cet été, nous présentons également deux figures majeures mais diamétralement opposées : la force expressive de Lydie Arickx et la délicatesse de Goudji. Le choix de les présenter en même temps peut paraître osé, mais l’espace d’exposition de la galerie est suffisamment grand [2 000 m2, ndlr] pour que chacun ait son propre espace. Ce dialogue est aussi un souhait d’ouvrir les regards, y compris de nos collectionneurs. Nous espérons ainsi que, parmi les collectionneurs de Goudji, certains découvriront avec intérêt le travail de Lydie Arickx, et réciproquement. 
Mais nous avons beaucoup d’autres artistes majeurs : nous pouvons d’ailleurs dire que nous défendons plusieurs figures de proue dans leur domaine respectif, comme Claude Champy, Élisabeth Joulia ou Yves Mohy, pour la céramique, et Bernard Dejonghe, pour le verre – nous ne dissocions pas ces deux techniques de l’art de la sculpture. Il serait d’ailleurs temps, en France, de considérer enfin le travail de l’artiste pour ce qu’il est : ce n’est pas parce que l’on travaille la céramique ou le verre que l’on est obligatoirement un artisan. 

Vue de l'exposition Jeanclos - Rodin à la galerie Capazza-Durand en 2020 © Photo Denis Durand
Vue de l'exposition « Jeanclos - Rodin » à la galerie Capazza-Durand en 2020.
© Denis Durand

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°745 du 1 juillet 2021.

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque