Ventes publiques

La collection de la Deutsche Bank intéresse les acheteurs

Par Alice Fiedler · lejournaldesarts.fr

Le 1 janvier 2021 - 343 mots

FRANCFORT / ALLEMAGNE

La banque allemande a mis en vente avec succès, une partie de sa collection.

Ernst Ludwig Kirchner, Unser Haus, 1918-1922, huile sur toile, 91 x 120 cm. © Ketterer Kunst.
Ernst Ludwig Kirchner, Unser Haus, 1918-1922, huile sur toile, 91 x 120 cm.
© Ketterer Kunst

La Deutsche Bank (DB) avait annoncé en octobre dernier la vente de 200 œuvres de sa collection, principalement des œuvres d’art moderne et d’après-guerre. Les ventes doivent s’étaler sur les trois prochaines années. La première vacation d’une vingtaine d’œuvres à la maison de ventes Ketterer à Munich, début décembre, est un succès. Les prix des trois œuvres principales ont doublé et triplé. 

La sculpture en bronze La Grande Daphné (1930) de Renée Sintenis, estimée 80 000 euros, a été vendue pour 460 000 euros. Un nouveau record mondial pour l’artiste, rapporte le Handelsblatt. La peinture Blau bewegt (1957) de Ernst Wilhelm Nay a été adjugée 750 000 euros, soit plus de trois fois le prix estimé. 

Un tableau qui surprend dans la collection est le grand format de Karl Hofer Le Chômeur (1932). Cinq hommes harassés, peints en couleurs ternes, attendent accroupis sous des arbres dénudés. L’œuvre à la charge sociale manifeste a longtemps orné la salle du conseil d'administration. Évaluée à 300 000 euros, elle atteint 830 000 euros. Les autres œuvres portent notamment les noms de François Morellet, Otto Piene, Max Liebermann ou Fritz Winter.

Les œuvres vendues ne correspondent plus à la nouvelle ligne de la collection qui se veut jeune, contemporaine, internationale et de préférence sur papier afin de faciliter le transport dans les bureaux où elles sont exposées. Une part du produit des ventes sera utilisée pour racheter des œuvres. Lors de l’édition en ligne de Frieze London, la DB avait acquis des œuvres de quatre artistes : de la canadienne Kapwani Kiwanga, de l’américaine Erin O'Keefe, de la portugaise Gabriela Albergaria et de l’iranien Nima Nabavi.

La DB détient l’une des plus grandes collections d’entreprise. Créée en 1979, elle comprenait 59 000 pièces, dont 4 000 ont déjà été vendues. Parmi elles, le triptyque Faust (1981) de Gerhard Richter d’une valeur de 17 millions d’euros. Selon Friedhelm Hütte, responsable des activités artistiques de la DB, 5 000 autres œuvres vont être mises aux enchères. 
 

Thématiques

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque