Samedi 24 février 2018

Jacques Toubon défend sa loi

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 9 octobre 2009

En mai 1994, Jacques Toubon, alors ministre de la Culture, jetait un pavé dans la mare en déclarant au JdA que \"l’ouverture du marché était inéluctable\". Trois ans plus tard, en tant que garde des Sceaux, il vient de soumettre au Conseil des ministres un projet de loi réformant les ventes publiques. C’est dire à quel point ce texte, lorsqu’il sera adopté par le Parlement, sera la \"loi Toubon\". Malgré la dissolution de l’Assemblée nationale qui va retarder le calendrier initial, nous avons tenu à interroger Jacques Toubon sur le contenu précis du projet de loi.

PARIS. Le garde des Sceaux justifie l’appel aux contribuables pour cofinancer les 2 milliards de francs d’indemnisation des commissaires-priseurs. Tout en précisant que la profession avait soumis des de­man­des nettement plus élevées – entre 3 et 4 milliards –, il espère que la réforme ne va pas être discutée dans un climat de "lutte des clas­ses". Si la croissance du marché est supérieure aux prévisions, les crédits budgétaires ou la taxe supplémentaire sur les ventes pourraient être réduits. Dans le domaine de la fiscalité, il se prononce pour une TVA à l’importation à 5,5 %. Vous lirez par ailleurs les premières réactions des commissaires-priseurs et des "auctioneers" à ce texte.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°37 du 2 mai 1997, avec le titre suivant : Jacques Toubon défend sa loi

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque