Mercredi 26 janvier 2022

Ventes publiques

Interencheres rachète Auction.fr

Par Marie Potard · Le Journal des Arts

Le 10 décembre 2020 - 484 mots

Cette consolidation sur le marché des ventes aux enchères sur Internet semble bien accueillie par les commissaires-priseurs français.

Paris. Dans un contexte de concurrence accrue, deux acteurs, Interencheres et Auction.fr, ont décidé de se regrouper, le premier rachetant le second.

Créée en 1999 par les commissaires-priseurs afin d’annoncer leurs ventes, Interencheres, qui s’est dotée en 2011 d’un système de retransmission des ventes en direct, a vu son produit d’adjudication croître de façon exponentielle au point d’avoir fait un bond de 70 % et dépassé les 300 millions d’euros en 2020. Forte de ce succès, la société, qui réunit 320 commissaires-priseurs exclusivement français, a décidé de racheter Auction.fr, qui regroupe 430 maisons de ventes partenaires dont 64 % sont implantées à l’étranger. « Seuls les commissaires-priseurs judiciaires peuvent publier sur Interencheres. Or nous ne voulons pas rester enfermés dans ce domaine qui nous prive de l’international », a indiqué Dominique Le Coënt-de Beaulieu, président du directoire d’Interencheres et nouveau président d’Auction.fr.

La raison de ce rachat est claire : partir à la conquête d’une clientèle internationale, sachant qu’Auction.fr enregistre 35 % d’enchérisseurs internationaux tandis qu’Interencheres n’en recense que 9 %. De son côté, Jean-Christophe Defline, ex-président d’Auction.fr qui est devenu directeur général aux côtés de Frédéric Lapeyre, a confié souhaiter un regroupement face à un marché qui comporte « beaucoup trop d’acteurs ».

Une concurrence qui n’est pas inquiète

Cette annonce a été plutôt bien accueillie dans l’ensemble par les commissaires-priseurs français. « Pour un acteur comme FauveParis, qui n’a pas accès à Interencheres, pouvoir éventuellement bénéficier de la puissance et de la visibilité d’Interencheres via Auction.fr est une bonne nouvelle, à condition qu’Interencheres déploie sa technologie sur Auction.fr et que l’opération ne soit pas juste une façon de tuer la concurrence », estime Cédric Melado, fondateur de FauveParis. « Qu’une plateforme détenue par des commissaires-priseurs français décide de s’attaquer au marché international est un signal très encourageant, même si je ne suis pas sûr que ce soit avec Auction.fr, en perte de vitesse, qu’elle puisse y parvenir », tempère toutefois le commissaire-priseur Aymeric Rouillac. Rappelons que la dernière fois que les commissaire-priseurs français ont eu l’opportunité de s’attaquer au marché étranger, c’était en 1964, lors de la proposition de rachat de Parke-Bernet, la plus grande maison de ventes américaine. Ils y avaient finalement renoncé, laissant le champ libre à Sotheby’s.

L’hôtel Drouot, qui exploite la plateforme concurrente Drouot Digital, ne semble pas inquiet. « Nous ne sommes pas sur le même marché puisque nous sommes focalisés sur le “middle market” quand nos concurrents sont établis sur le “low market”. Et puis nous sommes bien plus présents à l’international qu’Auction.fr, donc ce rachat ne nous préoccupe pas », affirme Olivier Lange, directeur général de Drouot.

Certains commissaires-priseurs s’interrogent toutefois sur l’intérêt de cette opération pour leurs clients : « Vont-ils avoir accès à davantage de ventes et est-ce que le service – le plus coûteux du marché – leur reviendra moins cher à l’avenir ? », se demande ainsi Aymeric Rouillac.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°557 du 11 décembre 2020, avec le titre suivant : Interencheres rachète Auction.fr

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque