Vendredi 23 février 2018

Christie’s

Hottinguer, tout feu tout flamme

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 6 novembre 2007

Les enchères se sont enflammées, avec un résultat de 9,5 millions d’euros, chez Christie’s à Paris les 2 et 3 décembre à l’occasion de la dispersion de la collection Hottinguer.

PARIS - Christie’s n’en a décidément pas fini de marquer la saison des ventes publiques à Paris. Les collections Halphen et Calvière, la médiatique et lucrative vente Concorde et la dispersion de l’ancienne collection du baron Hottinguer provenant de son hôtel particulier de la rue de la Baume, à Paris, figurent au palmarès de cet automne. Pour cette dernière, qui s’est déroulée les 2 et 3 décembre, l’auctioneer a enregistré un coup d’éclat avec 97 % d’objets d’art vendus pour un total de 9,5 millions d’euros, soit le résultat le plus important de Christie’s France depuis l’ouverture du marché parisien aux maisons de ventes commerciales en 2001. Sept records du monde ont ponctué cette vente-fleuve, dont trois enchères supérieures à 800 000 euros et une préemption du Musée du Petit Palais pour une Vierge à l’Enfant du XVIIe siècle par Daniel Seghers et Cornélis Schut, adjugée 82 500 euros. 723 lots ont été dispersés sur deux journées de vente qui ont duré pas moins de six heures chacune ! Les marteaux de François Curiel, Pierre Mothe et Cécile Verdier se sont relayés à la tribune armée de 30 téléphones pris d’assaut par des acheteurs du monde entier.
Trois records en tableaux anciens caracolent en tête du classement de la vente. En premier lieu, Le Joueur de guitare : un port italien avec une élégante compagnie et un musicien, une huile sur toile de Nicolaes Claesz Berchem, le dernier lot au catalogue estimé modestement 100 000 à 150 000 euros, et emporté à 1 438 250 euros, la meilleure enchère pour un tableau ancien en vente publique en France en 2003. « On savait que la toile ferait plus d’un million d’euros », confie Bertrand du Vignaud en charge de la vente. L’administrateur de Christie’s International Europe s’est également réjoui des résultats obtenus pour la paire de vues de l’Arno par Giuseppe Zocchi, adjugée dix fois son estimation basse à 888 250 euros, et pour un groupe en bronze de Foggini représentant Apollon écorchant Marsyas, parti à 844 250 euros, soit deux records pour ces artistes. « Il y avait une dizaine de lots de qualité musée, explique Bertrand du Vignaud. Et tous les paramètres étaient réunis pour concourir au succès de la vente : la provenance (une vieille famille française connue), l’écrin (une somptueuse demeure) et des objets pas vus sur le marché depuis longtemps. Les tableaux de Meissonier étaient même inconnus. » Ayant adopté l’adage : « Pour vivre heureux, vivons cachés », les propriétaires n’étaient pas prêteurs et ouvraient peu les portes de leur hôtel particulier. Les amateurs de peinture ont apprécié une belle redécouverte signée Meissonier, annoncée autour de 25 000 euros et qui est montée jusqu’à 250 250 euros, un autre record. Le mobilier et les objets d’art ont eu leur lot d’enchères records, à l’exemple d’une paire d’encoignures d’époque Louis XVI estampillée Riesener et adjugée 558 250 euros. Les fleurons de la vente ont tiré l’ensemble de la collection vers le haut. Mais derrière cette réussite apparemment facile, a œuvré la grosse machine Christie’s avec son arsenal marketing et logistique. Un travail de neuf mois pour Bertrand du Vignaud, qui reconnaît avoir « monté la collection Hottinguer comme une vente Lagerfeld ou Givenchy ». Après l’inventaire et les photos, les plus grosses pièces ont été montrées à Londres, en jouant la carte de la provenance. Les objets enlevés au printemps ont ensuite regagné leur place initiale rue de la Baume en octobre. La cerise sur le gâteau a été la visite in situ une semaine avant la vente, faveur qui a impressionné plus d’un visiteur. « Voilà comment on fait d’une vente à Paris un événement mondial ! », se félicite-t-on chez Christie’s.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°183 du 19 décembre 2003, avec le titre suivant : Hottinguer, tout feu tout flamme

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque