Trois questions à

Francis Briest, Président de la maison de ventes Artcurial Briest-Poulain-Le Fur

« Cette vente César non forcée est un événement très positif, propre à dissiper les inquiétudes »

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 28 septembre 2007

Comment se porte la cote de César ?
Elle a subi des fluctuations. Elle est moins dynamique depuis le décès de l’artiste en décembre 1998, pour ne pas dire à la baisse. Mais peu de bonnes pièces sont passées sur le marché ces cinq dernières années, mis à part : Insecte ailé, 1958, un fer (pièce unique) de la succession Annie Ronchèse qui est monté à 162 724 euros le 4 décembre 2003 à Drouot (SVV Piasa) ; un exemplaire du Pouce de 90 cm en aluminium poli et une petite Compression blanche que nous avons vendus respectivement pour 94 325 et 31 442 euros le 8 juin 2004 chez Artcurial, et puis Femme, un fer soudé de 1963 de la vente Nahon adjugé 288 000 euros le 18 juillet (Sotheby’s) ont obtenu de beaux résultats. En revanche, un emblématique bronze soudé du Centaure, hommage à Picasso (une édition de 1983 de taille moyenne), le deuxième meilleur prix de l’année pour César, est parti à 154 518 euros, en dessous de son estimation basse, chez nous le 8 juin 2004, et une rare et volumineuse Compression Kadett, estimée 100 000-150 000 euros, a été ravalée lors de la vente Nahon chez Sotheby’s. Le marché des sculptures de César s’est épuré, assaini, raréfié. Mais un œuvre qui ne circule pas, ce n’est pas bon pour un artiste. Les choses vont prendre une meilleure tournure avec la vente que nous annonçons...

Quelles œuvres vous ont marqué récemment ?
L’exposition « L’instinct de fer », qui réunissait des fers de César au Grimaldi Forum de Monaco en 2002, était intéressante même si ma plus grande émotion concernant le sculpteur remonte à son immense mur de compressions exposé au pavillon français à la Biennale de Venise en 1995. Entre autres coups de cœur artistiques, j’ai apprécié le travail de Roman Opalka sur le temps qui passe présenté à la galerie Praz-Delavallade au printemps 2004, ainsi que les photographies de Louise Lawler, exposées jusqu’au 23 décembre chez Metro Pictures à New York, montrant des œuvres d’artistes mises en situation dans des espaces artistiques (musées, galeries et salons). Les photos de cette artiste sont également visibles chez Yvon Lambert (Paris).

Quelle est votre actualité ?
Dans la vente d’art contemporain du 7 décembre à l’hôtel Dassault, nous dispersons un ensemble d’œuvres de César issu de l’atelier de l’artiste. Comparativement à la vente prévue il y a dix-huit mois puis suspendue (lire le le JdA n° 175, 29 août 2003), il s’agit d’une vente volontaire sous le label Artcurial Briest-Poulain-Le Fur et non plus judiciaire sous mon marteau d’officier ministériel. Les héritiers de la succession César sont entrés dans une phase de conciliation pour cette dispersion destinée à la collecte de fonds (environ 1 million d’euros) nécessaires au règlement  des frais liés à l’entreposage des pièces. Car le problème d’un œuvre sculpté est qu’il occupe une place colossale, et un garde-meubles coûte très cher. Concernant le reste de la succession, je ne suis pas dans le secret des dieux mais cela s’annonce bien si l’on prend cette vente comme un signe. En terme de marché, cette vente non forcée est un événement très positif, propre à dissiper les inquiétudes des collectionneurs. Avec un nombre de pièces revu à la baisse (23 au lieu de 41) et des estimations revues à la hausse, on est en confiance. Il n’y a pas de chef-d’œuvre (pour ne pas appauvrir le patrimoine successoral), mais quelques bronzes traditionnels dont une Grande plaque à ailettes, une pièce importante de 1965 estimée 120 000-150 000 euros, et une bonne sélection de compressions et d’expansions qui sont à mon avis la partie la plus innovante de l’œuvre de César. Il n’y a pas eu une telle offre pour César depuis longtemps, surtout de cette provenance.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°204 du 3 décembre 2004, avec le titre suivant : Francis Briest, Président de la maison de ventes Artcurial Briest-Poulain-Le Fur

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque