Ventes publiques

Biens d’entreprise : un marché prometteur pour les maisons de ventes

Par Marie Potard · Le Journal des Arts

Le 21 décembre 2020 - 898 mots

Plutôt que de stocker indéfiniment des objets et mobiliers devenus obsolètes, de plus en plus de sociétés décident de les vendre aux enchères. Un nouveau marché sur lequel la maison Ader Entreprises & Patrimoine s’est positionnée l’an dernier.

Tito Agnoli (attribué à), Chaises modèle Sistina, Mateo Grassi éditeur, métal et cuir, 81 x 47 x 43 cm, lot en provenance du siège de la région Ile-de-France. © Ader Entreprises & Patrimoine.
Tito Agnoli (attribué à), Chaises modèle Sistina, Mateo Grassi éditeur, métal et cuir, 81 x 47 x 43 cm, lot en provenance du siège de la région Ile-de-France.
© Ader Entreprises & Patrimoine

France. Les ventes volontaires de biens d’entreprise ont toujours existé au sein des maisons de ventes traditionnelles, mais de manière anecdotique. Pour ne citer que quelques exemples : la vente du stock de Locatema, loueur historique de mobilier pour le cinéma, chez Millon en 2014 et 2017 ; les ventes d’instruments de musique et de matériel audionumérique de Radio France (dont 12 en 2015 pour 1 M€) chez Art Richelieu, ou encore les dispersions du contenu de palaces parisiens avant rénovation, à l’exemple de l’Hôtel de Crillon (6 M€) en 2013 ou du Ritz (7,3 M€) en 2016 chez Artcurial (1).

En octobre 2019, une structure spécialisée dans ce type de vente a vu le jour : Ader Entreprises & Patrimoine (Ader EP), une filiale de la maison de ventes Ader, dirigée par les commissaires-priseurs David Nordmann et Xavier Dominique. C’est leur consœur Elsa Joly-Malhomme qui leur a soumis le projet auquel ils ont immédiatement adhéré. « L’idée de créer cette structure m’est venue lorsqu’Art Richelieu, chez qui je travaillais, a orchestré les ventes “Radio France”. Cela m’a passionnée de plonger dans l’histoire d’une entreprise », raconte la commissaire-priseuse. Et d’ajouter : « Avec le succès de ces ventes, je me suis dit qu’il y avait un marché qui n’était pas exploité. »

« Au confluent de l’économie et de l’écologie »

Dans un contexte économique difficile, plutôt que de stocker (2), voire de jeter des biens mobiliers dont l’entreprise n’a plus l’utilité, pourquoi ne pas les recycler en les vendant aux enchères ? La démarche est dans l’air du temps, en adéquation avec les principes de l’économie circulaire. Aussi, Ader EP propose ce service aux entreprises privées ou publiques comme aux institutions qui souhaitent se séparer de leur matériel professionnel ou de leur mobilier – la maison a vendu, le 21 novembre, une partie du mobilier et des décors du Palais de la découverte avec succès (251 033 €).

Une décision prise dans le but de réduire les coûts de stockage, ou à l’occasion d’une réorganisation interne, ou bien en vue d’un déménagement. Le 5 novembre, chez Ader EP, le courtier maritime BRS s’est séparé, dans l’optique d’un changement de locaux, d’une partie de ses collections de maquettes d’armateurs pour 188 000 euros (estimation 60 000 à 80 000 €). L’idée de la vente aux enchères a également été retenue par Radio France, dont Ader EP a remporté l’appel d’offres pour les prochaines ventes. « Ces ventes aux enchères se situent pour nous aux confluents de l’économie et de l’écologie, indique Romain Beignon, directeur de la diversification à la maison de la Radio. J’y vois toutes les vertus : elles nous permettent de réinvestir dans de nouveaux matériels, mais aussi, plutôt que de les stocker ou de les jeter, d’offrir à ces objets une seconde vie auprès du grand public. Nous savons combien nos auditeurs apprécient d’avoir un petit bout de Radio France à la maison ! » L’entreprise de service public vendra le 11 février 2021 à Drouot dix appliques signées Max Ingrand (est. 8 000 à 12 000 € la paire) provenant du studio 102, et quatre appliques de Gilbert Poillerat du studio 103 (10 000 à 12 000 € la paire, [voir ill.]).

Des objets singuliers

En choisissant la vente aux enchères, la libération de l’espace reste la motivation numéro un des entreprises, tandis que la donnée pécuniaire arrive au second plan. « Ce n’était pas prévu dans leur budget, c’est une bonne surprise. Souvent, d’ailleurs, une partie du produit de la vente est reversée à un projet caritatif », note Elsa Joly-Malhomme. 

Gilbert Poillerat, Applique réalisée pour le studio 103 à Radio France. © Ader Entreprises & Patrimoine/Philippe Fraysseix.
Gilbert Poillerat, Applique réalisée pour le studio 103 à Radio France.
© Ader Entreprises & Patrimoine/Philippe Fraysseix.


Le succès est pourtant très souvent au rendez-vous. Malgré la crise sanitaire, les demandes d’inventaire non seulement affluent, mais jusqu’à présent, chaque vente organisée par Ader EP a triplé son estimation globale avec, à la clé, des acheteurs qui sont, pour un tiers d’entre eux, des salariés des entreprises vendeuses, et nostalgiques. Car associer le nom de l’entreprise à la vente est primordial : « Les acheteurs achètent aussi l’histoire qui va avec l’objet. La provenance est garantie, ce qui est très rassurant pour eux », souligne la fondatrice. De surcroît, « beaucoup de sociétés se sont développées entre les années 1950 et 1980 avec des objets qui, aujourd’hui, à défaut d’être fonctionnels, sont devenus vintage et très recherchés par le marché », indique David Nordmann. Le 19 octobre, Ader EP, qui dispersait l’ancien siège de la banque Lazard, a adjugé 8 640 euros une paire de fauteuils de salon dessinés par Le Corbusier, Pierre Jeanneret et Charlotte Perriand (édition Cassina). Pour le commissaire-priseur, la création de cette filiale est bénéfique à plus d’un titre : « C’est une source d’approvisionnement importante, jusqu’alors délaissée, et ces entreprises constituent de nouveaux interlocuteurs pour nous. Par ailleurs, Ader, la maison mère, va pouvoir récupérer des lots pour enrichir ses ventes traditionnelles, comme c’est le cas pour les luminaires de Radio France, extraits de la vente de l’entreprise pour intégrer une vente de spécialité. »

Dans l’air du temps, et bénéficiant d’un champ du possible infini grâce à un fond très étendu, l’initiative a de l’avenir et risque de faire des émules.

(1) En France, les coûts de stockage sont colossaux : 400 milliards d’euros selon les chiffres de l’Insee (2016). (2) Toutes les estimations sont indiquées hors frais acheteur tandis que les résultats sont indiqués frais compris.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°557 du 11 décembre 2020, avec le titre suivant : Biens d’entreprise : un marché prometteur

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque