Les ventes privées chez Sotheby’s et Christie’s ont doublé dans les derniers mois

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 28 avril 2009

NEW YORK (ETATS-UNIS) [28.04.09] – L’activité des départements de ventes privées dites de gré à gré a doublé selon les dirigeants de Christie’s et Sotheby’s. En période de crise, les collectionneurs ne prennent pas le risque de vendre aux enchères.

%26copy; Sotheby's Images

Alors qu’en période d’euphorie, les ventes publiques sont plus lucratives, les collectionneurs préfèrent aujourd’hui la discrétion des ventes privées.

Les dirigeants de Sotheby’s et Christie’s reconnaissent que l’activité des départements de ventes privées a plus que doublé dans les derniers mois, rapporte Carol Vogel du New York Times.

D’après Marc Porter, président de Christie’s New York, de nombreux clients veulent vendre rapidement, sans attendre l’organisation de ventes dont les chiffres d’affaires sont en baisse depuis la fin de 2008.

Le MOMA a vendu deux peintures de Wayne Thiebaud par l’intermédiaire de Haunch of Venison, la galerie appartenant à Christie’s. Selon des rumeurs dans les deux maisons de vente anglo-saxonnes, un de Kooning a été vendu 30 millions de dollars, un Cy Twombly intitulé « tableau noir » est parti pour 12 millions, « color charts » de Gerhard Richter pour 18 millions et le « cœur violet suspendu » de Jeff Koons pour 11 millions.

Dans le contexte actuel de crise économique, les maisons de ventes ont tout à gagner au développement de l’activité des ventes privées. Les coûts d’organisation sont bien moins importants et elles n’ont pas à consentir aux vendeurs d’avances sur le prix. Une pratique qui leurs a coûté très cher ces derniers temps quand les tableaux n’ont pas réussi à se vendre. Après l’insuccès des ventes de novembre à New York, Christie’s et Sotheby’s sont aujourd’hui propriétaires de plusieurs Matisse, Monet, Bacon ou Warhol.

La recherche d’économies et une pénurie de clients sont bien illustrées par les nouveaux catalogues des prestigieuses ventes de New York en mai : plus petits et moins luxueux.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque