Vendredi 28 février 2020

L’Elysée privé de Polaroïd

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 18 mars 2011 - 264 mots

LAUSANNE (SUISSE) [18.03.11] - Le musée de l’Elysée à Lausanne vient de perdre le Fonds Polaroïd qu’il détenait depuis 1990. Le Fonds a été racheté par un investisseur autrichien et « a quitté le musée début mars », selon l’institution.

Le musée de l’Elysée de Lausanne, consacré à la photographie, abritait depuis 1990 le Fonds Polaroïd européen, prêté par la firme Polaroïd. Mais les 4 500 Polaroïds que comprenait le fonds viennent d’être achetés par un investisseur autrichien et ont quitté le musée au début du mois.

La société Polaroïd est en faillite depuis 2008 et maintenant en liquidation. Elle a déjà vendu une partie de sa collection aux enchères à l’été 2010, avec succès. Quant au Fonds européen, il vient d’être racheté par Peter Coeln, un investisseur autrichien qui possède une maison de ventes.

Selon le journal 24 heures, le musée conservera les œuvres suisses de cette collection. Le directeur de l’institution lausannoise, Sam Stourdzé et l’ancien directeur William Ewing, se sont battus pour que le Fonds européen reste en Suisse et ne soit pas démembré après l’annonce par la firme, il y a 6 mois, de retirer le Fonds qui était déposé en prêt au musée depuis 20 ans.

La Collection internationale Polaroïd est née en 1960 grâce à Edwin Land, qui commercialisa le Polaroïd 95. La Collection comprend plus de 16 000 œuvres de plusieurs centaines de photographes, dont 400 clichés d’Ansel Adams, des Polaroïds de Robert Frank, Chuck Close, Robert Mapplethorpe, David Hockney ou encore Andy Warhol.

Malgré le dépôt du fonds Chaplin, cette perte est un coup dur pour le musée.

Légende photo

Un polaroïd en photo - Photo Daniel Clauzier - 2007 - Licence CC BY SA 3.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque