Vendredi 28 février 2020

Le monde de la culture compte ses morts après les attentats de Paris

Par Jean-Christophe Castelain · lejournaldesarts.fr

Le 16 novembre 2015 - 353 mots

PARIS [16.11.15] – L’identification de tous les corps des attentats qui ont ensanglanté Paris n’est pas terminée, mais l’on déplore déjà plusieurs victimes appartenant au monde de la culture.

Le dernier bilan communiqué par le procureur de Paris faisait état de 129 décès et de nombreux blessé après les attentats de la nuit de vendredi 13 novembre. Selon le Premier ministre, 103 personnes parmi les 129 avaient été identifiées. Toute la nuit du vendredi au samedi et même encore durant le week-end, des centaines d’amis, de familles inquiètes de ne pas avoir de nouvelles de leurs proches ont fait le tour des hôpitaux et des numéros d’appel.

Le monde de la culture n’a pas été épargné par cette « horreur », pour reprendre l’expression du Président de la République. La galerie bordelaise Eponyme a annoncé dimanche la disparition d’Alban Denuit. Le jeune artiste (32 ans) est décédé au Bataclan.

C’est également au Bataclan, que le journaliste musical des Inrocks, Guillaume Barreau-Decherf a été assassiné selon un communiqué du journal publié samedi.

Le frère d’Elodie Breuil, une étudiante à l’école de Condé a indiqué au magazine Time que sa sœur était décédée elle aussi dans la salle de concert. Il précise qu’elle avait manifesté sa solidarité après les attentats de Charlie en janvier dernier.

Le violoniste et ethnomusicologue algérien Kheireddine Sahbi, figure parmi les victimes.

Dans un registre différent, le jeune architecte Quentin Mourier, qui collaborait aux Vergers urbains a perdu la vie, toujours au Bataclan. Et selon le site 20 minutes, l’architecte et enseignant à l’Ecole nationale d’Architectures Paris-Malaquais, Mohamed Amine Ibnoumoubarak a été fauché par une balle alors qu’il se trouvait à la terrasse du bar « Le Carillon ».

Toutes les victimes ont cependant un point commun : leur jeunesse. Après les journalistes, les forces de l’ordre et la communauté juive le 11 janvier, c’était bien la jeunesse, de toutes les nationalités, que les terroristes islamistes voulaient décimer.

Outre la journée de deuil national qui se poursuit aujourd’hui, une minute de silence en leur hommage aura lieu à midi. Et à 13h, tous les musées et équipements culturels rouvriront leurs portes.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque