Vendredi 27 novembre 2020

Le groupe d’activistes Occupy Museums organise une foire d’art contemporain à New York

Par Doriane Lacroix Tsarantanis · lejournaldesarts.fr

Le 7 mars 2012 - 561 mots

NEW YORK (ÉTATS-UNIS) [07.03.12] - Le 22 septembre 2011, les indignés avaient perturbé une vente de Sotheby’s à New York, orientant ainsi l’action du mouvement Occupy Wall Street contre certains aspects du marché de l’art. Ce fut le début d’une longue série de manifestations, dont la plus récente consiste à concurrencer l’Armory Show. PAR DORIANE LACROIX TSARANTANIS

En octobre dernier, Noah Fischer organisait une action de protestation contre les grands musées de New York et créait le mouvement Occupy Museums. Les participants avaient alors manifesté au MoMa (Museum of Modern Art), à la Frick Collection et au New Museum, en reprenant le fameux slogan du mouvement initial Occupy Wall Street né le 17 septembre 2011. Ils dénonçaient les « temples de la culture élitiste » contrôlés « par 1 % de la population » et affirmaient que « les artistes des autres 99 % ne se laisseront plus manipuler par le système actuel ».

Un peu plus tard, en janvier 2012, Noah Fischer dévoilait ses suspicions concernant le rôle des personnalités du monde de l’art dans la fixation des prix du marché de l’art, ainsi que ses craintes sur une possible orientation des acquisitions du MoMa en faveur de Sotheby’s. Précisément, dans une lettre adressée au MoMa du 20 janvier 2012, les manifestants affirmaient que certains membres des conseils d’administration de Sotheby’s faisaient aussi partie du musée d’art moderne new-yorkais, ou que James Niven, membre du conseil d’administration du MoMa, était aussi le « numéro 2 » de Sotheby’s. La suite s’était déroulée dans le hall du MoMa, où les indignés avaient fait irruption le 27 janvier.

Plus récemment, le groupe Arts & Labor d’Occupy Wall Street a publié une lettre en date du 24 février, appelant le Whitney Museum à mettre fin à sa biennale en 2014, qui d’après eux « entretient un système qui profite aux collectionneurs, aux fonds spéculatifs et aux grosses entreprises au détriment des artistes ». D’après le New York Times, un faux communiqué de presse annonçant que le musée avait pris la décision de se séparer de deux de ses sponsors, Sotheby’s et la Deutsche Bank, a aussi été attribué aux activistes.

Mais les interventions ne se sont pas arrêtées là. Le 29 février, lors de la soirée officielle d’ouverture de la biennale du Whitney Museum, les manifestants (regroupant plusieurs groupes d’activistes) ont décidé de soutenir les Teamsters dans leur protestation contre le mécénat. Les travailleurs ont été mis en lock-out (grève patronale) depuis le mois d’août par Sotheby’s, avec qui ils sont actuellement en pleine bataille juridique, lui reprochant entre autres des profits records en 2011.

Dernier événement en date, Occupy Museums a décidé d’organiser une foire d’art contemporain concomitante à l’Armory Show, dont l’ouverture est prévue pour le 8 mars. Une autre façon de dénoncer le fait que l’art soit réservé au « 1 % », segment ici représenté par l’Armory Show, qui avait pourtant été créé en 1913 en réaction au statu quo artistique, dans un esprit d’avant-garde et de renouvellement. Les manifestants invitent à présent les artistes et amateurs d’art à se rassembler les 10 et 11 mars, dans le but de créer un espace d’échange non fondé sur le profit.

Tous les artistes ne partagent pas le point de vue d’Occupy Museums. Certains d’entre eux mettent en valeur le rôle des institutions artistiques, celles-ci ayant permis à « 99 % » de la population d’avoir accès aujourd’hui aux chefs-d’œuvre qui, sans leur intervention, feraient probablement partie de collections privées.

Légende photo :

Manifestants pendant le 14e jour d'occupation de Wall Street par le mouvement Occupy Wall Street - © Photo : David Shankbone - 2011 - Licence CC BY 3.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque