Vendredi 19 octobre 2018

Le futur théâtre Mariinsky II de Saint-Pétersbourg ne fait pas l’unanimité

Par Romain Bouvet · lejournaldesarts.fr

Le 20 février 2013 - 699 mots

SAINT-PETERSBOURG (RUSSIE) [20.02.13] – Avant même d’être achevée, la construction de la nouvelle annexe du célèbre théâtre Mariinsky est très contestée. L’architecture trop moderne du bâtiment heurte le centre historique de Saint-Pétersbourg dans lequel il est édifié.

10 ans se sont écoulés depuis que l’idée d’une annexe pour le légendaire théâtre Mariinsky a été lancée. Le Mariinsky II devait initialement prendre la forme d’un immense dôme doré imaginé par Dominique Perrault, avant que les autorités russes ne se ravisent en 2007, et récusent le projet de l’architecte français pour se tourner vers celui du cabinet canadien Diamond & Schmitt Architects.

Un chantier pharaonique trouble depuis la rive du canal Krukov. Conçu pour abriter la nouvelle scène de 2000 places du Mariinsky, l’annexe - composée de 10 niveaux (dont trois souterrains) - imaginé par Diamond & Schmitt ne passera pas inaperçue. Avec un budget de près de 500 millions d’euros (soit le double du budget autrefois annoncé par Dominique Perrault) ce bâtiment gris aux grandes vitres sombres de plus de 79 000 m2 approche de son achèvement, et devrait être inauguré en mai prochain.

Mais avant même d’être terminé, l’édifice subit les foudres des habitants de l’ancienne capitale impériale, qui n’ont pas attendu la fin des travaux pour exprimer leur mécontentement. Une pétition a été lancée contre le Mariinsky II, dans laquelle les habitants reprochent notamment à cet édifice à l’architecture moderne de dénaturer le centre historique de Saint-Pétersbourg, classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Parmi les détracteurs du projet, on trouve également plusieurs personnalités publiques. Le cinéaste Alexandre Sokourov (Lion d'Or de la Mostra de Venise 2011) a récemment fait part de ses réserves. « L'aspect du bâtiment, qui a l'air d'une boîte, ses proportions : tout cela provoque la stupeur » a-t-il déclaré. Quant au député local, Alexeï Kovalev, il est encore plus catégorique: « Je propose de le détruire. Ce bâtiment est monstrueux, il a l'air d'un immense centre commercial ».

Face à cette levée de boucliers, le directeur du Musée de l'Ermitage Mikhaïl Piotrovski s’est quant à lui posé en médiateur. Dans une lettre ouverte – et bien qu’il juge personnellement le futur bâtiment « quelconque » - Piotrovski rappelle que c’est en partie en raison d’un vent de protestations similaires que le projet « somme toute assez beau de Dominique Perrault, a finalement été « enterré », ce qui a contraint à trouver une solution rapide, facile et peu coûteuse et nous a mené au résultat auquel nous sommes confrontés aujourd’hui. La société [civile] devrait se reprendre et éviter de se tourner trop vite vers des mesures radicales ».

De son côté, le chef d’orchestre mondialement connu Valeri Guerguiev, qui dirige le théâtre Mariinsky depuis près de 12 ans fait remarquer à ses détracteurs que l’édifice n’était pas encore terminé et qu’il était trop tôt pour les tirer des conclusions. « Il manque encore l’escalier de verre ainsi que l’éclairage, qui doit sublimer la nouvelle salle et grâce auquel le théâtre remplira de son jeu d’illuminations le centre de notre ville qui manque tant de soleil et de lumière durant les longues nuits d’hiver ».

Guergiev a également rappelé qu’à l’instar de son frère aîné, le Mariinsky II aura à vocation de devenir une des plus fameuses salles d’opéra du monde. L’intérieur du nouvel édifice devra de ce fait répondre à de nombreuses exigences et ce pari là, l’édifice de Diamond & Schmitt semble être en mesure de le remporter : « Ma première impression [sur l’intérieur] est très bonne. Une belle clarté de son que ce soit à l’emplacement du chœur, des solistes et de l’orchestre. J’ai testé d’abord depuis la place du chef d’orchestre, puis je me suis installé au dernier rang dans le parterre. Pour moi, c’est un début très prometteur » a déclaré Valeri Guergiev.

C’est la seconde fois en quelques mois que les autorités locales se heurtent à des mouvements de protestations après avoir approuvé des projets d’ampleur pouvant menacer le patrimoine de la cité de Pierre le Grand. En effet, l’affaire n’est pas sans rappeler celle de la tour Gazprom, dont la construction – après un tollé général - a finalement été déplacée à 9 kilomètres du centre historique de Saint-Pétersbourg.

Légende photo

Théâtre Mariinsky (Saint-Petersbourg) - © Photo A.Savin - 2012 - Licence CC BY-SA 3.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque