Dimanche 8 décembre 2019

L’attribution de « La belle princesse » à Léonard de Vinci certes confirmée mais toujours contestée

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 30 septembre 2011 - 430 mots

OXFORD (ROYAUME-UNI) [30.09.11] – « La belle princesse », un dessin représentant de profil une jeune fille en costume Renaissance, pourrait être un portrait de Léonard de Vinci. C’est ce que pense le spécialiste de l’artiste et ce qu’espère le propriétaire de l’œuvre. Toutefois, les organisateurs de la prochaine exposition sur Léonard de Vinci à la National Gallery en doutent.

En 2007, grâce au travail photographique, le laboratoire parisien Lumière Technology avait attribué à Léonard de Vinci un dessin sur vélin aux trois craies et à l’encre, intitulé « Jeune fille de profil en costume Renaissance ». Une empreinte digitale correspondant à celles de l’artiste avait alors été trouvée sur l’œuvre. En 2011, cette attribution est confirmée par la provenance probable du dessin. Dans un communiqué, le spécialiste international de Léonard de Vinci, Martin Kemp, qui s’est longuement penché sur l’objet et en a tiré un livre, Leonardo da Vinci, La Bella Principessa a annoncé avoir découvert l’origine de ce vélin. Il s’agirait, en fait, d’un feuillet de manuscrit, lequel aurait été découpé, il y a deux siècles, dans un livre conservé à la Bibliothèque nationale de Varsovie. La composition du vélin et les traces de reliure sont identiques entre ces deux objets. Or, ce manuscrit aurait été produit pour le mariage de Bianca Sforza, fille illégitime du duc de Milan, Ludivico Sforza. Pour Martin Kemp, il n’y a plus de doute : c’est un dessin du maître, réalisé par Léonard de Vinci en l’honneur de la célébration du mariage de Bianca Sforza en 1496.

Toutefois, une partie de la communauté scientifique reste sceptique. Les organisateurs de l’exposition sur Léonard de Vinci, qui sera présentée à la National Gallery de Londres à partir du 9 novembre 2011, ne sont pas convaincus de l’authenticité de l’œuvre. Le support du dessin en est la cause principale. Celui-ci est réalisé sur parchemin, alors qu’aucune autre œuvre de ce type ne lui est à ce jour reconnue. Par ailleurs, si la datation au carbone 14 permet de situer cet objet entre 1440 et 1650, cette analyse prouve seulement l’ancienneté du cuir, non pas celle du dessin.

Le propriétaire du dessin, lui, se réjouit de cette découverte. D’après Peter Silverman, collectionneur d’art, s’il se révélait être un Léonard de Vinci, le dessin vaudrait 150 millions de dollars (soit 100 millions d’euros). Vendu chez Christie’s à New York, en 1998, comme une œuvre du XIXe siècle de provenance allemande, il fut acheté à l’époque pour près de 22 000 dollars. Jeanne Marching, qui confia l’œuvre aux experts de Christie’s, poursuit la maison de vente en justice.

Légende photo

La bella principessa (La belle princesse) par Léonard de Vinci, vers 1496, craie, encre et lavis sur vélin, 22 x 33 cm, collection privée - source : Wikimedia

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque