Mercredi 28 octobre 2020

La nouvelle stratégie de Christie’s New York pour ses ventes de mai

Par Marie Potard · lejournaldesarts.fr

Le 14 avril 2015 - 598 mots

NEW YORK (ETATS-UNIS) [14.04.15] – Christie’s a modifié les dates de ses ventes de prestige en mai, regroupant celles d’art impressionniste et moderne avec celles d’art contemporain. Il s’agit de s’adapter aux nouvelles dates de la Biennale de Venise et prendre en compte les nouveaux goûts des acheteurs.

Les ventes d’art impressionniste et moderne, traditionnellement organisées par Christie’s la première semaine du mois de mai ont été reportées à la semaine suivante, celle dédiée aux ventes d’art contemporain, soit la semaine du 11 mai. Ce changement de date est lié à plusieurs raisons.

D’abord, la maison de vente a rajouté une vacation à son calendrier, « Looking Forward to the Past ». Il s’agit d’une « curated sale », une vente montée par les spécialistes de Christie’s qui ont sélectionné uniquement des œuvres d’artistes dominant ou ayant dominé le XXe siècle, tant modernes que d’après-guerre. « Il y a une quinzaine d’années, nous faisions des ventes « XXe siècle ». Nous souhaitions reprendre cette idée. Désormais, les collectionneurs (vendeurs ou acheteurs) sont intéressés plutôt par une esthétique que par tel ou tel courant. Dans le cas présent, c’est le Modernisme dans son sens le plus large qui a retenu notre attention », indique Tudor Davies, chef du département d’art impressionniste et moderne de Christie’s Paris. « Nous voulions répondre à ce nouveau mouvement du marché et au fait que les collectionneurs nous demandent d’être actifs sur les deux disciplines en même temps. Ce changement de date nous permet de rallier les amateurs d’art impressionniste et moderne à ceux d’art contemporain (et inversement) et de créer des juxtapositions intéressantes entre les artistes. C’est comme cela que nous toucherons un public acheteur plus large », poursuit-il.

Si cela permet de toucher les deux publics, Christie’s remarque que de moins en moins de collectionneurs se focalisent sur une période plutôt qu’une autre. C’est d’ailleurs un constat global du marché actuel : les acheteurs s’intéressent à une gamme de plus en plus large de disciplines et en conséquence, ils collectionnent moins en profondeur dans chacun des domaines et plus de façon à avoir un panorama.

Ce sont les ventes d’art impressionniste et moderne qui sont venues se greffer aux ventes d’art contemporain et non l’inverse. Pourquoi ? La réponse est simple : le coup d’envoi de la Biennale d’art contemporain de Venise a lieu la première semaine de mai. « Nous voulions que tous les clients de Christie’s qui visitent évidemment la Biennale, aient l’opportunité de participer aux 2 évènements, tant à Venise qu’à New York », commente Tudor Davies.

Les lots impressionnistes, modernes et contemporains seront exposés les deux premières semaines de mai, donc deux semaines au lieu d’une. Ainsi, pour amortir la programmation de dernière minute (le 20 mars dernier, l’ancienne date – le 4 mai – était toujours d’actualité), les clients qui avaient prévu de se rendre à New York pour l’exposition publique d’art impressionniste et moderne n’auront pas à bousculer leurs agendas.

Pour le moment, Christie’s ne sait pas si ce changement de date va être entériné pour les années futures. C’est trop tôt pour le dire. Il n’est d’ailleurs pas prévu que les dates des ventes d’art impressionniste et moderne de novembre de New York soient jointes aux ventes d’art contemporain. Mais si le succès de l’opération devait être au rendez-vous, nul doute que les décisions se prendront plus vite.

Quant à Sotheby’s New York, il n’est pas question pour elle de s’aligner. Elle maintient ses dates de ventes du soir, soit le 5 mai pour l’art impressionniste et moderne et le 12 mai pour l’art contemporain.

Légende photo

Christie's, Rockefeller Plaza, Manhattan, New York. © Photo Leonard J. DeFrancisci - 2014 - Licence CC BY-SA 3.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque