Mercredi 30 septembre 2020

La jeune création métiers d’art s’expose sous sa nouvelle identité

Par Nathalie Eggs · lejournaldesarts.fr

Le 5 août 2016 - 525 mots

PARIS [05.08.16] – Les cinq lauréats du Prix de la jeune création métiers d’art exposeront leurs travaux du 14 au 18 septembre à Drouot. L’occasion de revenir sur les évolutions législatives des métiers d’art, enfin reconnus dans le champ de la création par la loi du 7 juillet 2016.

Cette année, le Prix de la jeune création métiers d’art porte bien son nom : la loi relative à la liberté de création, à l’architecture et au patrimoine promulguée le 7 juillet 2016 a consacré la place des métiers d’art dans le champ de la création artistique, aux côtés de ceux de la reconstitution, de la réparation et de la restauration du patrimoine, ce dernier étant toutefois contesté par les conservateurs-restaurateurs.

Ce statut de créateur, Ateliers d’art de France le réclamait depuis longtemps. Le syndicat professionnel des métiers d’art, qui fédère plus de 6 000 artisans d’art, artistes de la matière et manufactures d’art en France, a d’abord obtenu satisfaction lorsque la loi Artisanat, Commerce et Très Petites Entreprises (ACTPE) du 18 juin 2014 a reconnu le caractère artistique des métiers d’art. Le secteur des métiers d’art a par ailleurs été reconnu à cette occasion comme un secteur économique à part entière, rassemblant près de 38 000 entreprises en France et générant un chiffre d’affaires de 8 milliards d’euros. Une nouvelle liste des 281 « métiers d’art » a ainsi été publiée par arrêté interministériel le 24 décembre 2015, abrogeant et remplaçant la liste des métiers de l’artisanat d’art de 2003. Mais l’appartenance des métiers d’art à la création n’a été officialisée qu’avec l’adoption de la loi dite « création » du 7 juillet 2016, via ses articles 2 et 14 D.

« Dans le sillage de la loi ACTPE du 18 juin 2014, cette loi reconnaît la diversité de nos statuts d’exercice, de laquelle notre secteur puise son émancipation créative et sa dynamique économique », a déclaré le président de l’organisation professionnelle, Serge Nicole. Outre cette reconnaissance, les caractères créatif et artistique des métiers d’art permettront aux professionnels d’accéder aux dispositifs publics de soutien à la création, souligne Ateliers d’art de France. Ils pourront ainsi prétendre au 1 % artistique, à l’Aide individuelle à la création des Drac, etc.

C’est donc sous cette nouvelle identité que les cinq lauréats de l’édition 2016 du prix exposeront en septembre. Les œuvres du duo de créateurs bois et papier Camille Bellot et Paul Bouteiller, des créatrices de bijoux contemporains Marine Dominiczak et Yiyan Zhou, de la céramiste Hélène Morbu et de la designer textile Caroline de Salins seront même à vendre à l’issue de l’exposition du 14 au 18 septembre, à l’Espace 12 Drouot.

Hélène Morbu (céramiste) et Caroline de Salins (designer textile) exposeront par ailleurs au salon Maison&Objet (dont Ateliers d’art de France est copropriétaire) du 2 au 6 septembre 2016 ; Yiyan Zhou et Marine Dominiczak (créatrices de bijoux) ainsi que le duo de créateurs bois et papier Camille Bellot et Paul Bouteiller montreront leurs créations au salon Révélations du 3 au 8 mai 2017. Le Prix de la jeune création métiers d’art, réservé aux artisans créateurs de 35 ans maximum, « s’applique à mettre en lumière toute la diversité du secteur » entre contemporanéité et respect des techniques ancestrales.

Légende Photo

Logo des Ateliers art de France Source Ateliers art de France

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque