Dimanche 24 janvier 2021

La Galerie Paris-Beijing va ouvrir un nouvel espace dans le 3e arrondissement

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 20 octobre 2014 - 338 mots

PARIS [20.10.14] - La Galerie Paris-Beijing va ouvrir un nouvel espace à Paris, au 62 rue de Turbigo, dans le 3e arrondissement. La nouvelle galerie sera inaugurée le 29 novembre 2014 avec l’exposition « Korean Shape » soit une sélection d’œuvres de la scène artistique coréenne.

Proposer des expositions d’envergure et s’adapter librement aux besoins des artistes ? Cela sera désormais possible pour la galerie Paris-Beijing qui a annoncé l’ouverture d’un nouvel espace d’une surface de 400 m2 au 62 rue de Turbigo. « Cela permettra à la programmation de s’étendre en accueillant des sculptures, des installations et de l’art vidéo. L’accent sera toujours mis sur la scène asiatique, mais les nouveaux projets ne s’y limiteront pas », précisent les galeristes. En témoigne l’arrivée dans la galerie du collectif américain Ghost of a Dream et du sculpteur Alex Seton. Un prix pour la vidéo et les arts numériques asiatiques devrait également voir le jour.

Créée en 2006 par Flore et Romain Degoul afin de promouvoir une nouvelle génération d’artistes asiatiques, la galerie Paris-Beijing a ouvert son premier espace d’exposition à Pékin. En 2009, un deuxième espace est inauguré à Paris, dans le quartier du Haut-Marais puis la galerie Paris-Bejing s’est installée en 2012 à Bruxelles dans une maison Horta d’une surface de 800 m2. Cette même année, la galerie a développé dans son espace à Pékin un programme de résidence destiné à de jeunes artistes occidentaux désireux de s’immerger dans la scène artistique chinoise.
 
L’exposition Korean Shape, qui se tiendra du 29 novembre 2014 au 24 janvier 2015, montre le travail d’une dizaine de jeunes artistes coréens. « Nés dans les années 70, ils ont grandi dans un pays en pleine mutation, due à l’ouverture économique et culturelle commencée dans les années 80 et 90. Leurs œuvres combinent l’utilisation de matériaux traditionnels comme le bois, le métal ou le charbon, et l’exploration de techniques hautement innovatrices, et renvoient l’image d’une société solidement ancrée dans la tradition et, en même temps, projetée vers la modernité et l’avenir ».  

Légende photo

L’exposition « Korean Shape » dans le nouvel espace de la galerie Paris-Beijing / FAL 1.3

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque