Dimanche 16 décembre 2018

La Cour suprême américaine invalide une loi anti-cruauté sur la représentation d’animaux

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 22 avril 2010 - 337 mots

WASHINGTON (ETATS-UNIS) [22.04.10] – La Cour suprême des Etats-Unis a invalidé une loi fédérale qui interdisait toute image illustrant des représentations de « cruauté » envers les animaux, en vertu de la liberté d’expression.

La Cour suprême américaine a abrogé une loi fédérale de 1999 interdisant toute représentation picturale ou vidéo montrant des cruautés envers les animaux. Avec une majorité de huit voix contre une, la Cour a stipulé que la loi allait à l’encontre du premier amendement de la Constitution américaine qui garantit la liberté d’expression.

La loi stipulait que toute personne qui « crée, vend ou possède une représentation de cruauté envers les animaux » à des fins commerciales peut encourir jusqu’à cinq années de prison. Sans pour autant cautionner les images « extrêmes » mettant en scène des animaux blessés ou mutilés, le juge John G. Roberts Jr. a déclaré, d’après le Washington Post, que la loi avait une portée trop large et qu’elle pouvait inclure toutes les représentations où des animaux sont blessés.

Parmi les groupes qui se sont opposés à la loi figurent de nombreux musées américains, mais aussi des artistes et des universitaires dont la College Art Association (CAA), une association qui regroupe des milliers de professionnels du monde des arts visuels – artistes, chercheurs, conservateurs et collectionneurs – et qui favorise la recherche, l’enseignement et la critique des arts visuels et définit les normes éthiques de la profession.

Ces derniers estiment que la loi pouvait menacer même les réalisations d’œuvres d’art montrant de simples scènes de chasse.

Le seul opposant à l’invalidation, le juge Samuel Alito, a déclaré que le « premier amendement protège, certes, la liberté d’expression, mais pas des comportements criminels et violents même à des fins expressives ».

La Humane Society of the United States, une des plus grandes organisations de protection des animaux a manifesté sa déception, mais reste très optimiste quant à l’éventuelle adoption par le Congrès dans un futur plus ou moins proche d’une loi plus restrictive à l’égard de la commercialisation des représentations cruelles envers les animaux.

Légende photo

Adel Abdessemed, Don’t Trust Me, 2007, 6 vidéos de 2 secondes chacune montée en boucle, courtesy Adel Abdessemed & David Zwirner Gallery

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque