Samedi 7 décembre 2019

La cour d’appel confirme les sanctions prononcées à l’encontre des voleurs de la petite-fille de Picasso

Par LeJournaldesArts.fr (avec AFP) · lejournaldesarts.fr

Le 13 octobre 2011 - 313 mots

PARIS [13.10.11] – Après avoir renvoyé le procès à plusieurs reprises, le tribunal correctionnel de Paris avait fini par condamner en 2010 les auteurs du vol de la famille Picasso survenu en 2007. Mais les coupables avaient alors usé de leur droit d’appel. En 2011, soit près de cinq ans après les faits, la cour vient de confirmer leur culpabilité.

En février 2007, Diana Widmaier-Picasso, l’une des petites-filles de l’artiste espagnol, avait été victime d’un vol en son domicile parisien. Trois œuvres de son grand-père, « Maya à la poupée et au cheval de bois » et « Portrait de Jacqueline », deux huiles, ainsi qu’un dessin, « Marie-Thérèse », estimés à l’époque 50 millions d’euros, avaient alors été subtilisés. Aucune trace d’effraction n’avait été constatée. Mais un renseignement anonyme puis des enquêtes téléphoniques avaient permis à l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels d’identifier trois suspects : Jean Sala, Paul Sabbah et Abdelatif Redjil. En juillet 2007, les deux premiers avaient été interpellés alors qu’ils s’apprêtaient à revendre les trois œuvres et le troisième avait été arrêté quelques jours plus tard.

En septembre 2010, les voleurs de Picasso avaient été condamnés pour recel par le tribunal correctionnel de Paris à l’exécution d’une peine d’emprisonnement ferme d’un à trois ans ainsi qu’au versement de dommages et intérêts à hauteur de 66 000 euros. En octobre 2011, la cour d’appel a confirmé la condamnation de Jean Sala et Paul Sabbah à 3 ans de prison dont 2 avec sursis et celle du récidiviste Abdelatif Redjil à 5 ans de prison dont 2 avec sursis. Elle a, en outre, fixé le montant des dommages et intérêts à 66 000 euros. Selon l’avocat de la famille Picasso, Maître Olivier Baratelli, cette dernière condamnation « démontre la place qu’occupe désormais la lutte de la police et de la Justice dans la répression du vol des œuvres d’art ».

Légende photo

Soshana, André Verdet, Picasso et Pignon au vernissage d'une exposition de Soshana au Chateau Grimaldi à Antibes, 1962© photo Fritz Schueller - 1962 - Licence CC BY-SA 3.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque