Dimanche 21 octobre 2018

Un de Kooning crépusculaire

Les dernières œuvres du peintre à San Francisco

Par Roger Bevan · Le Journal des Arts

Le 1 octobre 1995 - 334 mots

Après la rétrospective de Kooning exposée à Washington, New York et Londres, une exposition de trente-cinq œuvres réalisées dans les années quatre-vingt vient éclairer les dernières orientations du peintre, âgé de 90 ans et atteint de la maladie d’Alzheimer.

SAN FRANCISCO - Proposée par Gary Garrels, conservateur au Walker Art Center de Minneapolis, et Elise Haas, conservateur en chef du Musée d’art moderne de San Francisco (SF MoMA), l’exposition "De Kooning : la dernière manière" rassemble trente-cinq peintures exécutées entre 1981 et 1987. Elle occupe huit salles du quatrième étage, baignant dans la lumière naturelle.

On y distingue nettement les changements de style opérés par le peintre et l’activité propre à chaque année. Ce qui frappe en premier lieu, c’est la distance que prend de Kooning vis-à-vis de Picasso, auquel tout le monde se référait à Manhattan dans les années soixante-dix. Désormais, de Kooning semble revenir au Matisse de la Danse.

Gary Garrels et Robert Storr, conservateur au département des Peintures et des sculptures du Musée d’art moderne de New York, qui a apporté son concours, ont déclaré avoir voulu lever le voile "de désinformation, de rumeurs et de mensonges" qui obscurcit la fin de la carrière de de Kooning, atteint de la maladie d’Alzheimer et frappé d’incapacité légale.

Dans cette intention, ils ont interrogé ses assistants, consulté ses archives, examiné des photographies prises aux diverses étapes des compositions, consulté une vidéo tournée au printemps 1988, etc. Pour la première fois, les héritiers du peintre leur ont donné accès aux inventaires, ainsi qu’à l’entrepôt de Long Island où les œuvres invendues de de Kooning sont entreposées.

WILLEM DE KOONING : THE LATE PAINTINGS, THE 1980’s, Musée d’art moderne de San Francisco, du 3 octobre au 7 janvier 1996, ouvert tlj sauf le lundi, de 11h à 18h. Puis au Walker Art Center, Minneapolis (3 février-8 mai 1996), au Städtisches Kunstmuseum, Bonn (14 juin-11 août 1996), au Musée Boymans-van Beuningen, Rotterdam (9 septembre-25 novembre 1996) et au MoMA de New York (22 janvier-29 avril 1997).

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°18 du 1 octobre 1995, avec le titre suivant : Un de Kooning crépusculaire

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque