Mercredi 17 octobre 2018

musée

Sur les rochers des lettrés chinois

Par Laure Meyer · L'ŒIL

Le 1 février 2000 - 230 mots

Surprise des Européens visitant en Chine les célébrissimes jardins de Suzhou ! Au lieu des fleurs attendues, on les invite à admirer des « pierres de lac » car les lettrés chinois, fonctionnaires et intellectuels, appréciaient les rochers pour leurs formes étranges et tourmentées, si souvent représentées en peinture. Pour en créer, on laissait séjourner dans un lac des blocs qui en ressortaient longtemps après, creusés de multiples cavités. Dressés dans la verdure au-dessus d’une pièce d’eau, ils exprimaient les tendances de la nature à se transformer et incitaient à la méditation. Cette ancienne tradition s’est perpétuée depuis les Tang (VIIIe siècle). Dans certaines périodes particulièrement difficiles traversées par l’empire, les lettrés éloignés de la cour et appauvris ont souvent cherché à conserver dans leur cabinet de travail, sous forme de miniature, un de ces rochers aux formes bizarres, posé sur la table. Ce sont des souvenirs qui ont pour les Chinois une grande valeur affective. L’exposition organisée par le Metropolitan Museum fait revivre cette tradition vieille de dix siècles. Quelque 90 peintures évoquent les imposants rochers ornementaux dressés dans des paysages naturels. D’autres panneaux représentent ceux qui ornaient les jardins servant parfois de cadre à des banquets. Simultanément, on découvre dans des vitrines 30 rochers miniatures de couleurs rares, de formes évocatrices, chers aux lettrés dont ils accompagnaient les réflexions.

NEW YORK, Metropolitan Museum of Art, 1er février-20 août.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°513 du 1 février 2000, avec le titre suivant : Sur les rochers des lettrés chinois

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque