Statuaire bouddhique venue de Taipei

Par Laure Meyer · L'ŒIL

Le 1 juin 2003

Selon les pays d’Extrême-Orient où il s’est développé, le bouddhisme (né en Inde au Ve siècle av. J.-C.) s’est différencié en diverses écoles de pensée. Ces évolutions du dogme, témoignant de la richesse de la pensée bouddhique, ont été accompagnées d’évolutions iconographiques. À Taiwan, c’est le bouddhisme du Grand Véhicule (Mahayana), version élargie par rapport à la doctrine primitive, qui s’est imposé, tout en se combinant au taoïsme, très ancien culte agraire traditionnel. L’exposition organisée par le centre culturel de Taipei à Paris nous propose un panorama de ces formes du bouddhisme, celui qui a existé et existe encore à Taiwan, parallèlement au bouddhisme ésotérique de l’Inde et à celui du Tibet. Pour illustrer ce vaste tour d’horizon, le Musée national d’histoire de Taipei a prêté une cinquantaine d’œuvres de ses collections, statues et œuvres sur papier. Le message du Grand Véhicule est caractérisé par une insistance particulière sur la compassion et la sollicitude envers les êtres vivants. Le bouddha, tout comme les divinités secondaires que sont les bodhisattvas, a souvent le visage marqué par une douceur quasi féminine. Il arrive aussi qu’un bodhisattva, considéré à l’origine comme masculin, se mue en divinité féminine, ainsi Avalokitesvara qui devient Guan-Yin, déesse de la fécondité. Dans l’exposition, on admire tout particulièrement une grande statue de pierre du Bouddha Shakyamuni, intense sérénité dans une forme admirable de dépouillement. Au contraire Amitayus, autre figure du panthéon bouddhique, apparaît sous la forme d’un bronze doré de style tibétain, richement orné. La divinité qui incarne la connaissance sublime, aidant les hommes à extirper l’envie de leur cœur, porte la précieuse couronne de la quintuple sagesse tandis que son visage exprime le calme suprême. Pour permettre à tous les visiteurs de profiter de cette leçon de philosophie sans se perdre parmi les divinités bouddhiques, un catalogue bilingue leur est offert.

« Beauté de la statuaire bouddhique », PARIS, centre culturel et d’information de Taipei, 78 rue de l’Université, VIIe, tél. 01 44 39 88 79, 20 mai-27 juin.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°548 du 1 juin 2003, avec le titre suivant : Statuaire bouddhique venue de Taipei

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque