Lundi 24 septembre 2018

Rome vu d’Uzès

Par Bertrand Dumas · L'ŒIL

Le 19 juin 2008 - 270 mots

À l’ombre du Pont du Gard, d’autres antiquités romaines attendent les visiteurs cet été.

Les monuments millénaires voisins de la ville d’Uzès (les arènes de Nîmes, la Maison Carré, etc.) font écho aux dessins d’architectures de Giovanni Battista Piranèse dont les Vues de Rome, gravées au XVIIIe siècle, sont exposées dans l’ancien Palais du baron de Castille. Le propriétaire des lieux, le marchand immobilier Émile Garcin, et l’antiquaire avignonnais Gérard Guerre ont allié leur intérêt pour le patrimoine en exposant le célèbre recueil de Piranèse.
Après plusieurs voyages dans la péninsule, Piranèse, de retour à Rome en 1747, entreprend la série des Vues de Rome qui perpétue le souvenir des monuments et des ruines de l’antiquité. Le Colisée, le Panthéon ou le Forum romain sont reproduits avec un grand souci d’exactitude qui n’exclut pas une part de reconstitution. Au total, soixante gravures sur les cent trente que contenait le recueil original sont rassemblées à Uzès. Elles témoignent de la puissance créatrice du prince des architectes-archéologues.
L’examen attentif des gravures pose le délicat problème des états, de la chronologie des tirages. Les Vues de Rome éditées après la mort de Piranèse, en 1778, ont été tirées à de multiples exemplaires qui n’ont pas tous la même valeur marchande. Pour un sujet identique, les premiers tirages romains se vendent, en effet, plus cher qu’un tirage français édité après 1807. Une logique commerciale qui n’est curieusement pas suivie par l’organisateur de l’exposition qui affiche les gravures au prix unique de 2 500 euros.

« Piranèse : les vues de Rome », Hôtel de Castille, 2, place de l’Évêché, Uzès (30), jusqu’en septembre 2008.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°604 du 1 juillet 2008, avec le titre suivant : Rome vu d’Uzès

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque