Lundi 20 septembre 2021

Art moderne

Monaco

Rétrospective Giacometti

Grimaldi Forum Du 3 juillet au 29 août 2021

Par Lina Mistretta · L'ŒIL

Le 28 juin 2021 - 299 mots

Associé à la Fondation Giacometti, le Grimaldi Forum propose une plongée dans « le réel merveilleux » de l’artiste, à travers une rétrospective riche de plus de 200 œuvres, toutes pratiques confondues.

Un voyage sous le signe de l’émerveillement qui retrace, d’abord de manière chronologique, les œuvres de jeunesse de Giacometti, puis qui se concentre autour du thème quasi obsessionnel de la figure humaine qui hante l’artiste, de la fin des années 1940 jusqu’à sa mort. Après s’être détourné de sa formation classique, Giacometti s’intéresse aux œuvres de Zadkine, Lipchitz, Laurens et Brâncuși, dont il reprend certaines formules plastiques. À la fin de cette même année, ses travaux suivent deux voies principales : celle d’une décomposition du volume, influencée par le cubisme, et celle d’une schématisation de la figure humaine, inspirée des antiquités orientales. Après Torse, il réalise Femme cuillère, qui renvoie à la fois à l’art africain et aux sculptures cycladiques de la Grèce antique. En 1930, sa Boule suspendue, présentée chez Pierre Loeb, subjugue les surréalistes. Alberto adhère au mouvement de Breton et élabore jusqu’en 1933 une suite de propositions plastiques saisissantes. À partir de 1935, une question l’obsède : comment représenter la figure humaine de la manière la plus ressemblante possible ? Il prend pour modèle ses proches – son frère Diego, sa femme Annette –, tandis qu’il sculpte sans relâche, poursuivi par un sentiment d’échec permanent. La représentation du nu féminin est centrale pour l’artiste, qui réalise sa première figure féminine en 1932, la mystérieuse Femme qui marche . Entre 1947 et 1951, cette thématique devient prééminente. Il sculpte différentes versions d’hommes et de femmes, ses figures s’allongent de plus en plus jusqu’à cette version ultime de l’ Homme qui marche, figure réduite à ses traits essentiels, symbolisant l’humanité en marche dans sa forme la plus universelle.

« Alberto Giacometti, le réel merveilleux »,
Grimaldi Forum, 10, avenue Princesse-Grace, Monaco (98), www.grimaldiforum.com

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°745 du 1 juillet 2021, avec le titre suivant : RÉTROSPECTIVE GIACOMETTI

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque