Vendredi 20 septembre 2019

Musée

Quelles sont les meilleures expositions de la rentrée à Paris ?

Par Melchior Bachelot · L'ŒIL

Le 2 septembre 2019 - 1850 mots

PARIS

Pour le savoir, la rédaction de L’Œil a repéré pour ses lecteurs les 19 expositions à ne pas manquer à Paris.

Francis Bacon, Triptyque inspiré du poème de T.S Eliot “Sweeney Agonistes”, 1967, huile et pastel sur toile, 198 x 147 cm, Smithsonian Institution, Washington. @ Photo Cathy Carver/Succession Francis Bacon/ ADAGP.
Francis Bacon, Triptyque inspiré du poème de T.S Eliot “Sweeney Agonistes”, 1967, huile et pastel sur toile, 198 x 147 cm, Smithsonian Institution, Washington.
© Photo Cathy Carver/Succession Francis Bacon/ ADAGP
1• Le monde selon Roger Ballen

La Halle Saint-Pierre, Paris-18e. Du 7 septembre 2019 au 31 juillet 2020. www.hallesaintpierre.org

Photographe contemporain majeur, Roger Ballen fait pour la première fois l’objet d’une rétrospective en France. Un événement ! La Halle Saint-Pierre lui consacre un an de sa programmation et une grande partie de sa surface. Sur deux étages, l’exposition sera composée à la fois d’un ensemble de photos, mais aussi d’installations réalisées in situ, mettant ainsi en scène physiquement l’univers du photographe. En tant qu’il explore l’inconscient et les profondeurs de notre humanité, le travail de l’artiste résonne avec la collection permanente d’art brut du musée.

2• Charlotte Perriand

Fondation Louis Vuitton, Paris-16e. Du 2 octobre 2019 au 24 février 2020. www.fondationlouisvuitton.fr

Architecte et designer d’envergure, Charlotte Perriand (1903-1999) fait partie de ces pionnières dont l’effort a contribué à affirmer la place des femmes dans ces domaines où elles étaient ignorées. L’exposition que lui consacre la Fondation Vuitton célèbre le 20e anniversaire de sa mort en proposant de traverser toutes les périodes de sa production. Sa quête d’un « nouvel art de vivre » est illustrée par un parcours exhaustif qui explore les liens entre art, architecture et design.

3 • Le Greco

Grand Palais, Paris-8e. Du 16 octobre 2019 au 10 février 2020. www.grandpalais.fr

La Grand Palais, le Louvre et l’Art Institute de Chicago présentent à partir d’octobre la première exposition monographique d’envergure consacrée en France à Greco (1541-1614). Maître de la Renaissance tardive et icône des avant-gardes, Le Greco est à la fois une figure de tradition et de modernité. Cette exposition représente l’occasion rare d’être témoin d’un génie dont les œuvres sont très peu présentes dans les collections françaises.

4 • Du Douanier Rousseau à Séraphine de Senlis

Musée Maillol, Paris-7e. Du 11 septembre 2019 au 19 janvier 2020. www.museemaillol.com

Le Musée Maillol entend redonner aux « primitifs modernes » la place qui leur revient dans l’histoire de l’art. En dépit de leur succès, les peintres naïfs ont souvent été considérés comme un épiphénomène en marge de la grande histoire de la peinture. L’exposition « Les grands maîtres naïfs » dépasse l’explication par la simple anecdote biographique pour insister sur les qualités picturales de ces artistes en perpétuel dialogue avec la tradition et la modernité. Toutes les grandes figures du mouvement sont réunies : Henri Rousseau, Séraphine Louis, André Bauchant…

5 • L’âge d’or de la peinture anglaise

Musée du Luxembourg, Paris-6e. Du 11 septembre 2019 au 16 février 2020. www.museeduluxembourg.fr

Cette exposition accueille une sélection de toiles venues de la Tate Britain et puisées dans plus d’un demi-siècle de production artistique (1760-1820). Jalonné de chefs-d’œuvre, le parcours traverse aussi bien les genres du portrait et de la scène d’histoire que les thèmes de la famille, du foyer et des colonies. Introduit par la peinture savante de Reynolds et conclu par l’élan coloré de Turner, ce véritable panorama des maîtres met en lumière l’identité plurielle d’une tradition de peinture méconnue en France.

6 • Hans Hartung

Musée d’art moderne de la Ville de Paris, Paris-16e. Du 11 octobre 2019 au 1er mars 2020. www.mam.paris.fr

Elle était attendue au Centre Pompidou, elle aura finalement lieu au Musée d’art moderne de la Ville de Paris. La rétrospective et ses 300 œuvres du peintre Hans Hartung montrent l’importance de l’expérimentation dans son travail. Le parcours dépasse la simple présentation de l’artiste en « pionnier de l’abstraction » pour insister sur l’aspect philosophique de son œuvre et ses réflexions sur le progrès de l’Homme et de la technique. Un ensemble de documents annexes complète l’accrochage : journal de jeunesse, correspondances, films documentaires…

7 • Sigmar Polke

Le Bal, Paris-18e. Du 13 septembre au 23 décembre 2019. www.le-bal.fr

Peintre, Sigmar Polke (1941-2010) a pratiqué également la photographie. En choisissant de se focaliser sur ce pan particulier de son travail, Le Bal propose de poser un regard nouveau sur l’artiste. Aucune hiérarchie ne contraint les photographies présentées, du cliché destiné à être transposé en peinture aux photos de voyage et de famille intimes. L’accrochage opère ainsi une coupe de l’œuvre de Polke, dévoilant l’esprit d’irrévérence et de brouillage des genres qui sous-tend sa production.

8 • Une scène française

Palais de Tokyo, Paris-16e. Du 16 octobre 2019 au 16 janvier 2020. www.palaisdetokyo.com

Entre singularité et communauté, la scène française d’art contemporain est explorée à la rentrée par le Palais de Tokyo. Dans l’optique de dresser le paysage des confluences et des divergences de la production française, plus de 45 artistes sont présentés et mis en regard les uns des autres. Derrière l’extrême diversité des techniques, des médiums et des langages d’expression, le parcours pourrait bien révéler l’existence d’une identité, aussi hybride et complexe soit-elle.

9 • Léonard de Vinci

Musée du Louvre, Paris-1er. Du 24 octobre 2019 au 24 février 2020. www.louvre.fr

Un demi-millénaire s’est écoulé depuis la mort du maître en France. Pour célébrer cet anniversaire, le Louvre conçoit une exposition très attendue centrée sur sa carrière de peintre. Plus de dix ans de travail scientifique, incluant la restauration de trois tableaux (la Sainte Anne, La Belle Ferronnière et Saint Jean-Baptiste), ont été nécessaires pour construire et penser ce projet. Par une perspective repensée, le parcours et ses 140 œuvres affinent notre compréhension de la place de la peinture dans le travail et la pensée de Léonard.

10 • Degas à l’Opéra

Musée d’Orsay, Paris-7e. Du 24 septembre 2019 au 19 janvier 2020. musee-orsay.fr

Véritable laboratoire du peintre, l’opéra est pour Degas aussi bien une source à laquelle il puise ses motifs, ses thèmes et ses figures, qu’un espace complexe où il travaille la lumière, les contrastes et les points de vue. Lieu de vie autant que lieu d’inspiration, l’opéra apparaît comme centre de gravité et de la vie et de l’œuvre du peintre. Cette fascination est pour la première fois envisagée comme étant au cœur des problématiques esthétiques de l’artiste à l’occasion d’une exposition célébrant le 350e anniversaire de l’Opéra Garnier.

11 • Otto Wagner

Cité de l’architecture, Paris-16e. Du 11 novembre 2019 au 16 mars 2020. www.citedelarchitecture.fr

Acteur essentiel du passage de l’historicisme à la modernité, l’architecte viennois Otto Wagner (1841-1918) fait pour la première fois en France l’objet d’une exposition monographique. Le travail de l’artiste, celui de la quête d’une architecture rationnelle aux matériaux modernes et tournée vers l’avenir, se parcourt dans un espace de 1 000 m2. Au-delà des dessins, maquettes et documents d’archives, la présentation se dote de period rooms pour immerger au mieux le spectateur dans l’univers de ce géant des temps modernes.

12 • Pierre Soulages

Musée du Louvre, Paris-1er. Du 11 décembre 2019 au 9 mars 2020. www.louvre.fr

Le Louvre consacre son salon carré à une exposition célébrant les 100 ans du peintre. Tous les plus grands musées ont prêté pour l’occasion (la Tate, le MoMA…), permettant ainsi de réunir toutes les œuvres majeures de l’artiste. Sept décennies de peinture sont présentées et manifestent la profonde cohérence d’un travail pictural pensé dans et pour l’abstraction.

13 • La collection Alana

Musée Jacquemart-André, Paris-8e. Du 13 septembre 2019 au 20 janvier 2020. www.musee-jacquemart-andre.com

Pour la première fois de son histoire, la collection Alana, l’une des plus riches collections privées d’art de la Renaissance italienne, est présentée au public à l’occasion d’une exposition au Musée Jacquemart-André. L’accrochage réunit parmi les plus grands maîtres de la période : Fra Angelico, Le Tintoret, Véronèse… Comme autant de secrets dévoilés, les 75 œuvres du parcours offrent une vision inédite d’un des pans les plus célèbres de l’histoire de l’art mondial.

14 • Luca Giordano

Musée du Petit Palais, Paris-8e. Du 14 novembre 2019 au 23 février 2020. www.petitpalais.paris.fr

Le Petit Palais entame l’automne sous l’égide de l’art napolitain. L’institution met à l’honneur l’œuvre du peintre Luca Giordano avec un accrochage réunissant 120 toiles et 20 esquisses de ce maître du baroque. Il s’agit de la première fois qu’autant de grands formats de l’artiste sont présentés ensemble. Cette exposition s’intègre dans le cadre de la saison napolitaine qui inclut une autre présentation, celle consacrée au sculpteur moderne Gemito (1852-1929) et qui parcourt les évolutions de l’artiste, de son réalisme exacerbé et controversé au retour à l’antique.

15 • Vingt ans, récits de collections

Musée du quai Branly, Paris-7e. Du 24 septembre 2019 au 26 janvier 2020. www.quaibranly.fr

Le Quai Branly met en scène 20 années d’histoire de ses collections. Loin d’une perspective scientifique ou esthétique, l’exposition dévoile les dessous des processus d’acquisition. En faisant passer le spectateur alternativement de la salle d’exposition à ses coulisses, le parcours met en lumière toute l’étendue du travail des conservateurs. Cette organisation permet de profiter à la fois de l’immensité des collections de l’institution tout en s’éduquant sur les dynamiques qui les façonnent.

16 • Bacon en toutes lettres

Centre Pompidou, Paris-4e. Du 11 septembre 2019 au 20 janvier 2020. www.centrepompidou.fr

Cette exposition consacrée aux œuvres de la dernière période de Francis Bacon (1971-1992) s’inscrit dans la généalogie des grandes monographies d’artistes présentées par le Centre Pompidou. L’attention portée à la littérature qui a influencé l’artiste fait par ailleurs la singularité de cet événement. La confrontation entre lettres et peinture s’opère par le biais de récitations de textes enregistrées avec les voix de Mathieu Amalric, Jean-Marc Barr et Carlo Brandt.

17 • Moderne Maharajah

Musée des arts décoratifs, Paris-1er. Du 26 septembre 2019 au 12 janvier 2020. www.madparis.fr

Le MAD expose une grande figure de l’art de l’entre-deux-guerres : le Maharajah d’Indore (1908-1961). Point de passage de la tradition à la modernité pour l’Inde, ce mécène et amoureux des avant-gardes européennes a fait construire dans les années 1930 le palais Manik Bagh, la première construction moderniste du pays. Dessiné par Muthesius, l’édifice accueillait alors un florilège de mobilier des grands designers de l’époque : Eileen Gray, Charlotte Perriand, Le Corbusier… L’exposition réunit 500 œuvres et recompose l’intérieur du palais de ce prince, faisant revivre du même coup l’effervescence artistique de son temps.

18 • Toulouse-Lautrec

Grand Palais, Paris-8e. Du 9 octobre 2019 au 27 janvier 2020. www.grandpalais.fr

La rétrospective Toulouse-Lautrec du Grand Palais, première en France depuis 1992, bat en brèche l’image habituelle de l’artiste en aristocrate méprisant et contempteur d’une modernité décadente. Le parcours et ses 229 œuvres lui découvrent un regard plus subtil et plus drôle qu’agressif, direct mais sans jugement. En dépassant la seule analyse sociale, l’exposition invite à regarder davantage le style, lequel par la maîtrise de l’inachevé et du mouvement marque les prémisses des avant-gardes du XXe siècle.

19 • Marie-Antoinette, métamorphoses d’une image

La Conciergerie, Paris-1er. Du 16 octobre 2019 au 26 janvier 2020. www.paris-conciergerie.fr

La Conciergerie, où Marie-Antoinette a passé parmi ses dernières heures, accueille de nouveau la reine en octobre. La reine ou plutôt son « image » à travers une exposition qui retrace les évolutions de cette figure historique, du XVIIIe jusqu’à aujourd’hui, par la présentation de pamphlets, de portraits, d’objets d’art, d’extraits de film… Le parcours, thématique, décompose l’histoire de cette icône de la culture populaire : des caricatures gravées aux portraits en femme noble et stoïque, des représentations de Vigée Le Brun à l’adaptation manga de la vie de la reine.

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°726 du 1 septembre 2019, avec le titre suivant : Les meilleures expositions de la rentrée à Paris

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque