Prix photo du Jeu de Paume

Premières épreuves

L'ŒIL

Le 6 août 2007

Sept mille bulletins de votes publics, quinze artistes en lice, un jury de professionnels et deux finalistes à l’issue d’une sélection menée « média battant ». Pour sa première édition de concours photo, le Jeu de Paume, missionné par le ministère de la Culture, a atteint son objectif. Deux talents ont émergé de la scène photographique contemporaine en novembre dernier, lors de la remise des récompenses. Outre le gain matériel de 10 000 euros, les deux lauréats, Jean-Christian Bourcart, prix du jury, et Jürgen Nefzger, prix du public, seront exposés courant 2007 à la salle Sully du Jeu de Paume.
Jean-Christian Bourcart a choisi New York comme terrain d’investigations. En marge de commandes institutionnelles ou privées, il a su développer un travail d’auteur centré autour du portrait.
Pour le concours du Jeu de Paume, le Français a présenté deux séries, « Traffic », réalisée en 2003, et « Stardust », conçue en 2006. Pour la première, des portraits d’automobilistes saisis dans l’attente d’un feu vert ou dans la résignation d’un embouteillage. « Dévoiler les mondes secrets ou trop fugaces pour que l’on y porte attention » est le credo de ce diplômé en psychologie. Ceci explique cela…
Dans la seconde série, la démarche est proche du pictorialisme. Derrière la vitre d’une salle de cinéma, le photographe a capturé des silhouettes informes, plages de couleurs floues, sorte « d’échographies spectaculaires et images primordiales » de la société.
Jürgen Nefzger (qui a réalisé plusieurs reportages pour L’œil) a quant à lui délaissé l’humain en tant que personnalité pour se consacrer aux actions négatives de celui-ci sur son environnement. Ni donneur de leçon ni chantre de l’écologie, Jürgen pose un regard froid sur les dérives immobilières de ce monde. Le photographe allemand, installé à Paris, s’est fait connaître par des séries sur la mutation des villes nouvelles. Au Jeu de Paume, « Fluffy Clouds » a remporté les suffrages. En argentique et en couleur, l’artiste propose un tour d’Europe de paysages quasi idylliques, d’où émanent, en arrière-plan, les fumées de centrales nucléaires.
Fort du succès remporté l’année dernière par cette première édition, le Jeu de Paume entend bien réitérer à l’automne prochain, au nom de la promotion de l’image fixe.

« Lauréats des Prix photo du Jeu de Paume », Jeu de Paume - site Sully, Hôtel de Sully, 62, rue Saint-Antoine, Paris IVe, Tél. 01 42 74 47 75, printemps 2007.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°587 du 1 janvier 2007, avec le titre suivant : Prix photo du Jeu de Paume

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque