Musée des Arts décoratifs, Paris

Playmobil, en dehors de la mode depuis 35 ans !

Par Anouchka Roggeman · L'ŒIL

Le 22 décembre 2009

Il fête ses 35 ans et n’a pas pris une ride. Le visage toujours aussi rond, la bouche toujours aussi souriante, le Playmobil est à l’honneur au musée des Arts décoratifs.

Créé en 1974 par l’Allemand Hans Beck, employé de l’entreprise familiale Geobra Brandstätter, ce petit personnage de 7,5 cm a déjà fait la joie de deux générations.
 
Dès sa création, Playmobil marque un tournant dans le monde des jouets. Alors qu’avant lui les figurines étaient la plupart du temps en plomb, en papier, en aluminium peint, en plastique lourd, les pieds figés dans un socle pour tenir debout, Playmobil se démarque par son plastique léger (crise pétrolière oblige) et ses membres articulés. Surtout, il est doté d’accessoires très variés et appartient à de multiples univers, imaginaires ou quotidiens. Pirates, princesses, policiers, jardiniers, dresseurs de tigres, institutrices ou pompiers donnent l’occasion aux enfants d’imaginer et de mettre en scène des mondes fantastiques ou ancrés dans le réel.
 
Comme les vitrines des Galeries Lafayette, l’exposition invite parents et enfants à découvrir des univers fabuleux – les conquérants, le cirque, les animaux, la vie domestique – où grouillent une centaine de petits bonshommes, hommes, femmes, enfants et animaux. Parmi les pièces rares, on trouve les quatre premiers ouvriers de chantier de 1974, la première femme Playmobil (1976), les premiers enfants et bébés (1981), le premier Playmobil aux mains articulées (1982).
 
Fidèle aux valeurs de la marque (« pas de violence, pas d’horreur, pas de produits de mode »), Playmobil doit son immense succès (150 millions de personnages vendus chaque année dans le monde) à son caractère atemporel. « Le personnage n’impose rien à l’enfant. L’enfant a toute la liberté de s’inventer des histoires », explique Bruno Gérard, directeur général de Playmobil France. « Si Playmobil faisait des figurines Star Wars, elle imposerait un référentiel à l’enfant. C’est aux antipodes de ce qu’est la marque. Finalement, la seule manière de ne pas être démodé, c’est de ne pas être à la mode. » Un véritable bain de jouvence.

« Il était une fois Playmobil », Musée des Arts décoratifs, 107, rue de Rivoli, Paris Ier,
www.lesartsdecoratifs.fr, jusqu’au 9 mai 2010.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°620 du 1 janvier 2010, avec le titre suivant : Playmobil, en dehors de la mode depuis 35 ans !

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque