Pharaons noirs

Par Laure Meyer · L'ŒIL

Le 26 juillet 2007

Tard venus, derniers souverains à régner sur l’Égypte à partir de 751 av. J.-C., les pharaons noirs originaires de Nubie (actuel Soudan) étaient de vrais Africains qui ont régné sur le royaume de Koush, entre la Ire et la IVe cataracte du Nil.
Le plus célèbre pharaon, Taharqa (690-664 av. J.-C.), est évoqué dans l’exposition du musée de Mariemont. Le voici représenté par une figurine funéraire (oushebti), statue en pierre un peu figée mais qui semble être un véritable portrait. La barbe et, sur son front, l’uræus, le cobra dressé toujours placé sur les couronnes impériales, attestent de sa dignité de pharaon. Plus loin, une statuette le campe, juvénile, agenouillé pour présenter une offrande. Sur ses épaules s’étale le collier aux trois pendentifs en forme de tête de bélier des rois de Koush.
Pharaon guerrier, Taharqa tenta de restaurer le prestige de l’empire d’Égypte, combattit dans le nord du pays mais dut fuir devant les Assyriens. Il est enterré sous une pyramide. Ses descendants devaient continuer à régner plus au sud, à Napata puis Meroé.
La richesse du pays de Koush était connue de ses voisins. Dès le IIe millénaire, les Égyptiens achetaient en Nubie de l’or, de l’ivoire, de l’encens, des peaux de félins et des pierres semi-précieuses. On savait travailler le bronze depuis le Nouvel Empire d’Égypte (IIe millénaire). De cette période ont été retrouvées de belles Dagues à pommeau d’ivoire qui rappellent la puissance militaire de Koush. Par la suite, l’élite du pays s’égyptiannise comme le prouve le raffinement d’un Miroir en bronze dont le manche a la forme d’une belle jeune femme.
Ces échanges supposaient un commerce intense dans la vallée du Nil. Sur le fleuve pourtant, six cataractes obligeaient les bateaux à s’arrêter. Plutôt que de décharger chaque fois les marchandises, on privilégiait une piste désertique, la « Piste des quarante jours », où trottinaient sans fin des caravanes d’ânes, les dromadaires n’étant arrivés qu’au ve siècle ap. J.-C.

« Pharaons noirs, sur la piste des quarante jours », musée royal de Mariemont, chaussée de Mariemont 100, B-7140 Mariemont (Belgique) , jusqu’au 2 septembre 2007.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°591 du 1 mai 2007, avec le titre suivant : Pharaons noirs

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque