Nacre et coquillages

Par Laure Meyer · L'ŒIL

Le 1 juillet 1999

Dans les salles du Musée Barbier-Mueller, tout l’espace est maintenant consacré aux arts des îles du Pacifique, présentés à travers 200 sculptures dont beaucoup n’ont jamais encore été exposées. Elles proviennent de quatre grandes régions, l’Insulinde, la Mélanésie, la Micronésie et la Polynésie, dont on commence seulement à entrevoir les richesses. La complexité est grande du fait des vagues successives d’immigration. Les différents styles plastiques ne correspondent pas aux identifications ethniques. Ces difficultés théoriques n’empêchent cependant pas d’apprécier la beauté des œuvres, leur densité plastique toujours relevée de fantaisie et d’imagination. L’austérité des statues ancestrales côtoie les ornements précieux en or, la brillance nacrée des incrustations de coquillages ou les couleurs flamboyantes des boucliers et de certains tissus. Le visiteur pourrait se sentir perdu dans pareille variété, mais il dispose d’un remarquable catalogue, véritable encyclopédie publiée sous la direction de Douglas Newton.

GENÈVE, Musée Barbier-Mueller, jusqu’au 15 octobre.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°508 du 1 juillet 1999, avec le titre suivant : Nacre et coquillages

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque