Dimanche 25 juillet 2021

Art moderne

XXE SIÈCLE

Marie Raymond, une figure de l’abstraction d’après-guerre

Par Itzhak Goldberg · Le Journal des Arts

Le 8 juillet 2021 - 654 mots

LE MANS

L’artiste, qui fut aussi la mère d’Yves Klein, appartenait à l’abstraction parisienne de l’après-guerre, aux côtés de Soulages, Hartung, ou Poliakoff. Le Musée de Tessé montre aussi les liens tissés avec la génération suivante, celle des Nouveaux Réalistes.

Le Mans (Sarthe).Les commissaires de l’exposition « Au cœur des abstractions : Marie Raymond et ses amis », Françoise Froger-Jolivet, directrice du Musée de Tessé, et Victor Vanoosten, sont lucides. Ils ne prétendent pas que Marie Raymond (1908-1989) a révolutionné l’histoire de ce mouvement, mais visent, selon leurs propres termes, à mettre en scène« les multiples facettes de sa vie et de son œuvre […] en tant que peintre, critique d’art et soutien de nombreux artistes ». Car nombre de créateurs fréquentaient l’artiste, certains étant alors déjà connus – Soulages, Hartung –, d’autres en passe de le devenir – Arman, François Dufrêne –, quelques noms restant à découvrir : Christine Boumeester (1904-1971) ou Youla Chapoval (1919-1951). Le tout constitue un panorama assez représentatif de l’abstraction qui se pratique à Paris dans les décennies 1950 et 1960.

Ce petit monde se retrouve dans des soirées organisées par Marie Raymond tous les lundis, soirées, écrit Jacques Villeglé, « qui étaient pour les artistes, les amateurs d’art, les collectionneurs la possibilité de se rencontrer de façon informelle, de parler de toutes les formes d’art qui émergeaient, qui osaient ».

De l’abstraction lyrique à géométrique

Le parcours propose une vision générale de la production picturale de l’artiste entamée dans les années 1940 avec des toiles pleines de charme qui recèlent des saynètes naïves et séduisantes (Paysage abstrait, 1943, tout en volutes colorées). Ce sont de petits formats décoratifs, dans un style qui garde des accents surréalistes. Plus sobre est une œuvre de 1945 (Sans titre) qui s’inscrit déjà dans ce que l’on va nommer l’« abstraction lyrique ». Ici, rien qui puisse suggérer une quelconque forme naturelle ; les circonvolutions qui recouvrent pratiquement toute la surface remettent en question le rapport figure-fond pour aboutir en dernière instance à une peinture fondée essentiellement sur les traces de gestes libres.

Puis, des lignes droites ou des diagonales font leur apparition sur la toile. Une abstraction géométrique, sous l’influence de son ami Serge Poliakoff ? Pas tout à fait, car les formes plus ou moins angulaires, parmi lesquelles se glissent parfois des structures arrondies, aboutissent à des configurations qui échappent à la rigidité. De même, par la texture « pelucheuse » de ses toiles, Marie Raymond obtient des vibrations ou encore des zones de transparence qui contribuent à leur aspect rythmé (Évasion, 1961 ;Sans titre, 1963). Si la tendance géométrique et ses représentants, à l’image des peintres Jean Dewasne, César Domela ou Jean Deyrolle, du sculpteur Émile Gilioli (magnifique Fleur, 1954) prennent de plus en plus d’importance, d’autres artistes cherchent à exprimer l’abstraction différemment. Ainsi, Soulages et Hartung usent d’une gestualité parfaitement composée, voire sophistiquée, quand une œuvre commeOpus 100 B(1953) de Gérard Schneider semble presque improvisée dans sa spontanéité. Ailleurs, Crinane (1953) de Camille Bryen, dont l’œuvre est rarement montrée, est comme un labyrinthe tachiste dans lequel le regard se perd. Parmi toutes ces toiles, on remarque une Composition (1949) de Marie Raymond dans un style un peu particulier. Sur un fond rosâtre, évoluent des formes géométriques bien détachées les unes des autres. Des signes ou des caractères typographiques qui s’alignent selon un semblant de logique scripturale. Est-ce un abécédaire pour une pseudo-écriture ou une langue secrète, difficilement lisible ? Ou encore, s’agit-il d’un langage elliptique, d’un jeu élaboré dont le sens reste équivoque ?

L’exposition s’achève sur les liens entre l’artiste et la jeune génération, représentée par les affichistes ou Arman et César, membres du Nouveau Réalisme. Dans ce dernier groupe, lancé par le critique Pierre Restany, un nom apparaît en fin de parcours, celui d’Yves Klein. Un détail qui a son importance car si l’on connaît de nombreux couples d’artistes où la femme reste dans l’ombre, rares sont les cas où le fils, célèbre, a fait oublier sa mère, comme pour Yves Klein et Marie Raymond.

Au cœur des abstractions : Marie Raymond et ses amis,
jusqu’au 19 septembre, Musée de Tessé, 2, avenue de Paderborn, 72000 Le Mans.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°571 du 9 juillet 2021, avec le titre suivant : Marie Raymond, une figure de l’abstraction d’après guerre

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque