Mercredi 13 novembre 2019

Société

Lille : des artistes mexicains effacent une mention jugée « antiflics » par des policiers

Par LeJournaldesArts.fr (avec AFP) · lejournaldesarts.fr

Le 29 avril 2019 - 366 mots

LILLE

Des artistes mexicains, auteurs d'une fresque renvoyant au narcotrafic et à la corruption sur un mur de Lille, ont dû en retirer un acronyme anglais disant « tous les flics sont des connards » après que le syndicat de police Alliance s'en est offusqué.

Le collectif mexicain, en résidence à Lille pour le festival Eldorado organisé par l'association Lille3000, a peint sur un pan de mur trois Mexicaines avec des tatouages sur les bras, dont une kalachnikov, un coeur, une toile d'araignée et "Acab" ("All cops are bastards"). Selon des sources concordantes, des policiers ont remarqué l'acronyme lors d'une patrouille et s'en sont ouverts au syndicat qui dit avoir saisi le préfet du Nord et écrit à la maire socialiste Martine Aubry.

"C'est inacceptable. C'est attiser la haine antiflics", a estimé Bruno Noël, secrétaire régional Alliance des Hauts-de-France. "C'est de l'art, mais il y a des limites""Acab, ce sont des groupuscules extrémistes comme les black blocs qui l'utilisent (...) Aujourd'hui, on n'a pas besoin de ça, on voit tous les week-ends la violence envers les policiers", a-t-il ajouté.

Les artistes mexicains du collectif Tlacolulokos ont eux-mêmes retiré vendredi matin l'inscription quand "ils ont pris conscience de l'impact que ça pouvait avoir ici chez nous", selon Olivier Sergent, directeur de la Maison Folie de Moulins qui les accueille. "Ce qui est important, c'est de recontextualiser, ce sont des références à leur culture, leurs conditions. Il ne faut pas tout traduire sous le prisme français", a-t-il déclaré à l'AFP. L'un d'eux vient de Oaxaca, "une région où il y la violence des gangs, une collusion entre la police et les mafias""Dans l'absolu, je le regrette (le retrait de l'inscription, ndlr), il y a un respect de la liberté d'expression. Après, dans le contexte ultra-tendu, on peut comprendre qu'il y ait une lassitude et qu'il ne faille pas appeler à la violence", a-t-il ajouté.

Le festival Eldorado, avec un focus sur le Mexique, sera lancé officiellement samedi, organisé par Lille3000, financée par des collectivités locales et des mécènes. Des séries d'expositions, bals, concerts et parade s'étaleront jusqu'en décembre.

Contacté par l'AFP, Lille3000 et la mairie de Lille n'ont pas souhaité réagir.

Cet article a été publié par l'AFP le 26 avril 2019.

Thématiques

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque