Dimanche 22 juillet 2018

Tourcoing (59)

Lignes de trames

Le Fresnoy jusqu’au 8 mai 2016

Par Fabien Simode · L'ŒIL

Le 23 mars 2016 - 315 mots

C’est une exposition singulière qui est jouée actuellement au Fresnoy. Il n’est, pour une fois, pas question de projections ni d’installations au « Studio national des arts contemporains », mais essentiellement de peinture, de dessin, de textile.

Une « drôle » d’exposition donc, comme le sous-entend le titre de l’événement, sur la « trame », ce qui est finalement bien légitime dans une ancienne région textile. Qu’est-ce qu’une trame ? « C’est un entrelacement de traces », répondent les commissaires de l’exposition, Pascale Pronnier et Dominique Païni, faites à partir de fils, de peintures, de néons, de coups de crayon, donc. « Au fond, dit Païni, peu importe l’outil – un métier à tisser, le numérique ou le crayon –, les artistes pensent de la même manière. » François Rouan, figure historique de Supports/Surfaces, en apporte la preuve criante, qui passe de ses tressages de toiles bien connus à un tressage vidéo plus inattendu – un entrelacs mis en mouvement de photographies, de vidéos, de surimpressions… dans un extrait d’un autoportrait en cours de réalisation. Ce qui autorise ainsi à présenter dans une même exposition les lourdes tapisseries faites à partir de « gestes anthropologiquement minimaux » de Sheila Hicks et les traits de lumières suspendues de Dan Flavin, l’archéologie numérique de Pablo Valbuena avec les dessins laborieux de Blanca Casas Brullet. L’exposition avait tout pour être répétitive, ennuyeuse même, or c’est le contraire qui se produit, emmenée par un bel ensemble d’œuvres de François Morellet et, surtout, par celles de Sidival Fila, artiste moine franciscain complètement inconnu en France, mais qui n’en accomplit pas moins, dans son couvent du mont Palatin romain, une œuvre d’une force incroyable, entre peinture, sculpture et performance, faite de toiles soumises par des centaines de milliers de points de couture. Une leçon d’humilité qui rappelle, au Fresnoy, que la main de l’artiste a encore de beaux jours devant elle.

« Drôles de trames ! »

Le Fresnoy, 22, rue du Fresnoy, Tourcoing (59), www.lefresnoy.net

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°689 du 1 avril 2016, avec le titre suivant : Lignes de trames

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque