Architecture

Paris-16e

Les architectes dans leurs meubles

Cité de l’architecture et du patrimoine - Jusqu’au 30 septembre 2019

Par Christian Simenc · L'ŒIL

Le 27 juin 2019 - 353 mots

Comment inciter les visiteurs de la Cité de l’architecture et du patrimoine, à Paris, à explorer les espaces les moins familiers ? En y semant, tel le Petit Poucet, une suite de cailloux – en l’occurrence des meubles –, et parfois même de gros pavés – selon l’impact que certains ont effectivement généré dans l’histoire mobilière –, éparpillés façon puzzle dans l’ensemble de l’institution.

La présentation, qui s’intitule « Le mobilier d’architectes, 1960-2020 », rassemble près de deux cent cinquante pièces, en grande majorité – hormis quelques minimes exceptions – imaginées par quelque cent vingt architectes. Ces pièces dessinent sept portraits-robots de cet « architecte-créateur de mobilier » : le passionné de design, l’héritier de la tradition, le designer professionnel, l’engagé, le designer occasionnel, le chercheur, enfin, l’éditeur de design – plusieurs maisons d’édition notoires ont été fondées par des… maîtres d’œuvre. Depuis des pièces à l’allure un brin classique, mais pétries d’ingéniosité, telles la table Samo de Carlo Scarpa (1970) et la bibliothèque Veliero de Franco Albini (1940), jusqu’à des propositions davantage futuristes, comme le banc en aluminium nickelé Billet 1-Extrusion 1 de Thomas Heatherwick (2009) ou le buffet en noyer Good Vibrations de Ferruccio Laviani (2015), ciselé grâce à une machine à commande numérique, en passant par plusieurs propositions ahurissantes signées Daniel Widrig, dont la chaise en fibre de coco Ecoire et l’installation SnP, faite de modules en nylon recyclé et tubes d’aluminium, la variété est de mise. Ainsi, le visiteur devra-t-il déambuler au cœur du Musée des monuments français pour découvrir, trônant sous la reproduction grandeur nature des fresques de l’église Saint-Martin de Vic, le fauteuil Mole du Brésilien Sergio Rodrigues (1961), en cuir et bois d’eucalyptus. Idem dans la Galerie des moulages avec le claustra en biscuit de porcelaine Lace conçu par Christian Biecher, lequel semble adresser un clin d’œil hautement technologique aux plâtres historiques alentour. Le parcours se déploie jusqu’au niveau 2, au milieu de la multitude de maquettes de la Galerie d’architecture moderne et contemporaine, avant de s’achever au sous-sol, dans la salle baptisée La Cathédrale, où, a contrario, le regroupement des ultimes pièces donne (enfin) de l’ampleur à la présentation.

« Le mobilier d’architectes, 1960-2020 »,
Cité de l’architecture et du patrimoine, 1, place du Trocadéro, Paris-16e, www.citedelarchitecture.fr

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°725 du 1 juillet 2019, avec le titre suivant : Les architectes dans leurs meubles

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque