Mardi 17 septembre 2019

Le Maître de la toile de... jeans

Par Jean-Christophe Castelain · L'ŒIL

Le 30 septembre 2010 - 270 mots

C’est une exposition qui pourrait prêter à sourire si elle ne présentait toutes les garanties de la recherche en histoire de l’art.

En 2004, l’antiquaire Maurizio Canesso et une conservatrice au musée des Beaux-Arts de Vienne s’intéressent chacun de leur côté à un peintre italien non identifié de la fin du XVIIe siècle qui représente dans ses tableaux des morceaux de tissu bleu qui ressemblent au jean. Par commodité, le peintre est appelé le Maître de la toile de jeans. 

On ne va pas ici gloser sur l’origine du jean : de Gênes comme le croient les Italiens, ou de Nîmes comme le pensent les Français. Ils réussissent à identifier dix tableaux qui pourraient être de la main de ce maître, dont huit sont présentés à l’exposition. Il appartient à un courant dénommé « les peintres de la réalité » une expression apparue au XIXe  pour qualifier des artistes dont les tableaux représentent un quotidien souvent populaire. Une scène de genre plongée dans l’obscurité, un éclairage plus ou moins violent sur les visages, un indiscutable savoir faire technique, une composition souvent identique… : tels sont les éléments qui rapprochent ces toiles. Selon Gerlinde Gruber, la conservatrice, c’est la banalité des scènes populaires, trop nombreuses à l’époque, qui fait que l’histoire n’a pas retenu son nom. Une histoire qui a cependant un prix : entre 100 000 et 900 000 euros par tableau. (PS. L’exposition est sponsorisée par les stylistes Marithé & François Girbaud.)

« Le maître de la toile de jeans », galerie Canesso, 26, rue Lafitte, Paris IXe, tél. 01 40 22 61 71, www.canesso.com, jusqu’au 30 novembre 2010.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°628 du 1 octobre 2010, avec le titre suivant : Le Maître de la toile de... jeans

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque