Vendredi 19 octobre 2018

musée

L’Asie de John D. Rockefeller

Par Laure Meyer · L'ŒIL

Le 1 février 2000 - 225 mots

Tous les fervents admirateurs des arts d’Extrême-Orient connaissent à New York l’Asia Society, aussi remarquable par ses collections permanentes que par ses expositions temporaires. C’est John D. Rockefeller qui l’a fondée en 1956 et lui a légué plus de 250 œuvres d’art asiatique de très haut niveau prélevées sur sa collection personnelle et fruits de plusieurs décennies de recherches. 80 d’entre elles sont maintenant exposées au Musée Cernuschi. Provenant de l’Inde et de l’Asie du Sud-Est, ce sont en grande majorité des sculptures produites dans le cadre des deux religions principales, bouddhisme et hindouisme. Toutes les époques sont représentées à leur plus haut niveau. Pour la période Gupta (320-647), la collection possède trois œuvres rarissimes, dont une stèle en pierre représentant le Bouddha les yeux baissés dans un visage souriant et songeur. La période Pala est là aussi, avec un gracieux bodhisattva entouré de fleurs. D’autres préféreront peut-être l’évocation de Vishnu (Krishna) en bronze dansant sur la tête d’un serpent-démon qu’il a vaincu. Il incarne l’âge d’or de la période Cola, toute harmonie, dynamisme et suprême élégance. Mais son charme ne doit pas reléguer dans l’ombre des sculptures de Thaïlande ou du Cambodge, en particulier le Bouddha en méditation assis sur les anneaux du cobra qui le protège ou la silhouette énergique d’un bodhisattva japonais en habit de moine.

PARIS, Musée Cernuschi, 11 février-14 mai.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°513 du 1 février 2000, avec le titre suivant : L’Asie de John D. Rockefeller

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque