Samedi 14 décembre 2019

Musée

Gentilly (94)

La poétique de Pentti Sammallahti

Maison de la photographie Robert Doisneau - Jusqu’au 13 janvier 2019

Par Christine Coste · L'ŒIL

Le 20 décembre 2018 - 297 mots

GENTILLY

Un chien assis de profil, fier, sur un drôle de deux-roues objet de regards de ses compagnons de fortune aux abords d’un village enneigé ; des mains robustes appuyées sur un manche d’outil ; un vol d’oiseaux, ramure insolite d’un arbre rachitique dénudé par l’hiver… La poétique visuelle de Pentti Sammallahti subjugue par sa puissance évocatrice et les nuances de ses tirages noir et blanc, virtuosités d’un savoir-faire non ostentatoire.

Le parti pris d’embrasser l’œuvre sur près de quarante années de création s’avère un exercice délicat quand on dispose d’espaces d’exposition de 180 m2 à peine sur deux niveaux. Michaël Houlette, directeur des lieux, ne l’ignore pas. On le comprend dès les premières épreuves sélectionnées, il ne s’agit pas de résumer, mais de composer une déambulation immersive dans ce qui peut retenir l’attention du photographe finlandais au fil de ses diverses pérégrinations. La sélection des pièces menée à partir des épreuves détenues par la Galerie Camera Obscura, leur articulation et leur encadrement subtil à l’identique fait encore mieux : elle engage à découvrir aux côtés des légendaires photographies de nature ou de scènes rurales, un corpus fascinant de dix-huit portraits de passants réalisés à Tallinn en 1981, pour la première fois exposé en France, en sachant que la série n’est pas dans les habitudes de Sammallahti et que le protocole ne fait pas partie de son langage. Pris du même point de vue, silhouettes et visages des passants défilent de profil devant des tôles argentées. Leurs vêtements d’hiver indiquent qu’on est dans un quartier ouvrier. La capitale de l’Estonie fait encore partie de l’Union soviétique. Une rythmique propre à chaque image comme à l’ensemble se dégage, objet d’ailleurs chacune d’une courte portée musicale dans Ici au loin, première monographie de l’œuvre éditée par Actes Sud en 2012.

« Pentti Sammallahti »,
Maison de la photographie Robert Doisneau, 1, rue de la Division-du-Général-Leclerc, Gentilly (94), www.maisondoisneau.agglo-valdebievre.fr

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°719 du 1 janvier 2019, avec le titre suivant : La poétique de Pentti Sammallahti

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque