La Fondation Beyeler voit plus grand

Par Frédéric Bonnet · Le Journal des Arts

Le 21 juin 2017 - 203 mots

Riehen/Bâle. L’exposition consacrée à Wolfgang Tillmans l’a une fois encore démontré : la Fondation Beyeler, inaugurée en 1997, est un lieu unique et l’une des plus belles réussites muséales de Renzo Piano, grâce à sa gestion de la lumière et à l’intégration de la nature en particulier.

Une nature au cœur du projet d’extension dévoilé par l’institution qui, après un concours international, a été confié à Peter Zumthor. L’extension est rendue possible par l’acquisition du parc Iselin-Weber voisin jusqu’à présent privé qui deviendra un nouvel espace vert public, avec des bâtiments qui feront le lien avec le jardin existant. Le projet de l’architecte suisse (évalué à 100 millions de francs suisse) prévoit la construction de trois édifices, dont un bâtiment d’exploitation destiné à abriter les services techniques et une partie des fonctions administratives, un pavillon de jardin de plain-pied réservé aux manifestations, ainsi qu’une « maison de l’art ». Cette dernière, sur 1 500 mètres carrés de surface d’exposition sur trois niveaux, permettra le déploiement d’une partie plus conséquente de la collection. La nature y sera, là encore, un élément déterminant, puisqu’au-delà de son aspect monolithique, la lumière du jour y a été privilégiée, grâce à des perspectives filant vers le parc environnant.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°482 du 23 juin 2017, avec le titre suivant : La Fondation Beyeler voit plus grand

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque